Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Le chef de l'aide humanitaire de l'ONU appelle à  une attention globale sur le sort des populations du Niger touchées par les violences de Boko Haram

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence des Nations Unies, Stephen O'Brien, a achevé

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence des Nations Unies, Stephen O'Brien, a achevé aujourd'hui une mission de deux jours au Niger. Il a lancé un appel pour une attention plus accrue sur la crise dans la région de Diffa où la violence liée aux activités de Boko Haram a forcé plus de 240 000 personnes à quitter leurs maisons des deux côtés de la frontière avec le Nigéria.

Le Secrétaire général adjoint a visité le site d'Assaga dans la région de Diffa. Ce site compte plus de 15 000 personnes y compris des réfugiés, des retournés et des personnes déplacées internes, ayant récemment quitté leurs maisons à cause des attaques de Boko Haram. Il a appelé les groupes armés à respecter leurs obligations de protéger les civils conformément au droit international humanitaire. « Je suis horrifié par les tueries de civils, le pillage des villages et autres abus commis par les éléments de Boko Haram dans les pays autour du bassin du Lac Tchad y compris le Niger,» a-t-il dit. « La protection des civils est fondamentale dans les situations de conflit. Ceci est clairement stipulé par le droit international humanitaire et les droits de l'homme qui s'appliquent, sans exception, à toutes les parties impliquées dans un conflit ». Dans la région de Diffa, deux personnes sur trois ont déjà été confrontées à un ou plusieurs déplacements.

« Ce matin, j'ai rencontré à Diffa une famille qui accueille une trentaine de personnes ayant fui les violences causées par Boko Haram au Niger et au Nigéria. La solidarité et la générosité des populations de cette région, les premières à partager leurs maigres ressources avec les personnes affectées, sont un exemple et une inspiration pour nous tous, » a relevé le Coordonnateur des secours d'urgence.

Le Secrétaire général adjoint O'Brien a rencontré le Président du Niger Mahamadou Issoufou, le Premier Ministre, Brigi Rafini, le Ministre de l'intérieur Mohamed Bazoum, le tout premier Ministre nigérien aux affaires humanitaires, Laouan Magagi et d'autres membres du Gouvernement. Ils ont discuté de la manière la plus appropriée pour accroître la réponse humanitaire au profit des personnes affectées par Boko Haram et échangé sur les défis chroniques rencontrés chaque année par les Nigériens en dépit de l'engagement stratégique du gouvernement à soutenir la résilience des populations face à l'insécurité alimentaire et la malnutrition récurrentes. Ceci mérite notre appui.

La mission du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations Unies est de mobiliser et de coordonner une action humanitaire
efficace, guidée par des principes, en partenariat avec les acteurs nationaux et internationaux.

En 2016, les partenaires humanitaires (donateurs, organisations non-gouvernementales et autres acteurs humanitaires et du développement) et le gouvernement nigérien ont prévu d'assister 2 millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire et 1,5 million de personnes menacées par la malnutrition, dont 1,2 million d'entre elles sont des enfants. « Le déplacement ou la malnutrition pris isolément crée d'énormes souffrances. La combinaison des deux est trop dure à supporter. Ensemble nous nous devons de les aider en leur apportant l'assistance d'urgence nécessaire et en leur facilitant l'accès aux services sociaux de base, » a insisté le Secrétaire général adjoint O'Brien.

La communauté humanitaire a lancé un plan de réponse pour 2016 qui cible 1,5 million de personne avec une demande de financement de 316 millions de dollars américains. A ce jour, seulement 25 pour cent de l'appel est financé, ce qui est clairement insuffisant pour répondre aux besoins immédiats.

Le Secrétaire général adjoint O'Brien quittera la région du bassin du Lac Tchad pour se rendre à Istanbul où se tiendra du 23 au 24 mai le premier Sommet humanitaire mondial. « Le Sommet représentera pour moi une opportunité majeure de partager les récits des personnes que j'ai rencontrées et qui sont touchées par la violence de Boko Haram, » a expliqué M. O'Brien. « Un évènement sur la région du bassin du Lac Tchad nous aidera à attirer une attention globale sur la vulnérabilité croissante des communautés de cette région qui font face à des évènements convergents liés au changement climatique, à des niveaux élevés de pauvreté, des extrémismes violents et une augmentation de la population. »
M. O'Brien a également relevé l'urgence d'une approche globale de la situation afin d'assurer une collaboration plus étroite entre le politique, la sécurité, le développement, l'environnement et les efforts humanitaires et de maximiser ainsi les ressources limitées et de ne laisser personne derrière. « Une crise majeure nécessite une réponse majeure, » a-t-il ajouté.


Distribué par APO (African Press Organization) pour United Nations (UN).

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2018 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Design web adaptatif