Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Les partenaires humanitaires demandent 310 millions de dollars d'aide pour les communautés affectées par la crise au Cameroun

Le Gouvernement camerounais, les agences des Nations Unies et les organisations non gouvernementales partenaires ont lancé le 3 janvier à Yaoundé un

Le Gouvernement camerounais, les agences des Nations Unies et les organisations non gouvernementales partenaires ont lancé le 3 janvier à Yaoundé un plan d'intervention de 310 millions de dollars pour fournir une assistance vitale à 1,2 million de personnes dans les régions du nord et de l'est du Cameroun.

« Le Cameroun continue de faire face à une crise complexe qui affecte profondément la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes », a déclaré Najat Rochdi, Coordonnateur résident et humanitaire de l'ONU. «Le gouvernement et le peuple camerounais témoignent d'une grande hospitalité envers des centaines de milliers de réfugiés nigérians et centrafricains. Nous appelons à un engagement renouvelé des partenaires humanitaires et des bailleurs de fonds afin d'égaler cette générosité et d'aider les personnes les plus démunies. »

En 2017, près de trois millions de personnes au Cameroun devraient avoir besoin d'aide. Environ 2,6 millions de personnes seront confrontées à des crises et des niveaux d'urgence d'insécurité alimentaire, principalement dans la zone aride du Sahel dans les régions du nord. La malnutrition reste elle aussi élevée, affectant quelque 200 000 enfants. Le Cameroun accueille également quelque 360 000 réfugiés de la République centrafricaine et du Nigeria, et le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays a plus que doublé en 2016, atteignant près de 200 000 personnes.

«La crise est particulièrement aiguë dans la région de l'Extrême-Nord où la violence et l'insécurité ont un impact terrible sur les civils », a déclaré Mme Rochdi. « Des milliers de familles ont dû fuir leurs maisons pour trouver refuge dans des villages qui sont également fortement affectés. Dans toute la région, les activités commerciales ont un ralentissement majeur et les agriculteurs n'ont pu s'occuper de leurs champs. L'urgence qui en résulte continue de causer des souffrances humaines inacceptables, les enfants et les femmes étant les plus vulnérables. Ces communautés ont grandement besoin d'une aide immédiate et vitale.»

L'Extrême-Nord accueille également 86 000 réfugiés du Nigeria, la majorité d'entre eux résidant au camp de Minawao. La région orientale du Cameroun continue d'accueillir 275 000 réfugiés de la République centrafricaine.

« En tant qu'humanitaires, nous ferons notre part et offrirons une aide vitale aux enfants, aux femmes et aux hommes qui en ont besoin», a déclaré Mme Rochdi. « Mais la vulnérabilité profondément enracinée dans la région, causée par la pauvreté, l'insécurité et l'impact du changement climatique, ne peut être abordée que dans un effort commun. En collaboration avec tous les partenaires, nous nous efforcerons de travailler autrement pour mettre fin aux besoins.»

Le plan de réponse de 2017 nécessite 310 millions de dollars pour cibler 1,2 million de personnes avec une assistance. Tout en couvrant les besoins immédiats des plus vulnérables, ce plan met également l'accent sur l'action complémentaire et la coopération avec le gouvernement et les partenaires au développement.

« Le gouvernement camerounais est reconnaissant à tous les partenaires qui, dans un esprit d'action et d'étroite coopération, soutiennent le peuple camerounais, parfois en risquant leurs vies», a déclaré René Sadi, ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation. «Nous aimerions passer de plus en plus de l'aide d'urgence au soutien au développement. J'invite donc tous les partenaires à renforcer la résilience des communautés d'accueil, les rendant moins vulnérables aux situations de crises.»

Au cours des trois dernières années, les besoins humanitaires et les besoins financiers au Cameroun ont régulièrement augmenté, ce qui a permis d'accroître significativement la capacité d'intervention et le nombre de partenaires. Cependant, les contraintes budgétaires ont causé des écarts importants dans tous les secteurs. En 2016, seulement 64% des 232 millions de dollars US requis ont été financés.


Distribué par APO pour Office for Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA).

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2018 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Design de site Web