Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Soudan du Sud : le nouvel hôpital MSF à  Ulang vient en aide aux victimes de la violence

Médecins Sans Frontières (MSF) a démarré un projet régulier dans la ville d'Ulang, dans la région du Haut-Nil, dans le nord-est du Soudan du Sud,

Médecins Sans Frontières (MSF) a démarré un projet régulier dans la ville d'Ulang, dans la région du Haut-Nil, dans le nord-est du Soudan du Sud, près de la frontière éthiopienne, afin de répondre aux besoins des personnes de cette région reculée et négligée.

MSF a déjà mis en place un hôpital de 30 lits et organisé un système de référence vers cette structure, qui est la seule disposant de soins secondaires pour les quelque 100 000 personnes vivant dans la ville d'Ulang et dans les villages le long du fleuve Sobat.

«A cause du conflit, de nombreux habitants de cette zone située entre les lignes de front ont été forcés de se déplacer, souvent plusieurs fois, explique Abdalla Hussein, chef de mission MSF au Soudan du Sud. Beaucoup sont réfugiés en Ethiopie et vivent dans des camps, d'autres sont revenus et ont constaté qu'il n'y a plus de services disponibles ni de moyens de subsistance.»

En juillet 2018, MSF a lancé une intervention d'urgence rapide en organisant des cliniques mobiles à Ulang et dans les environs. En octobre, MSF a ouvert le nouvel hôpital et en avril 2019, MSF a pris la décision de poursuivre les activités sur le plus long terme.

«Notre objectif est d'offrir des soins secondaires aux populations très vulnérables qui subissent des épidémies récurrentes et des épisodes de violence, et qui vivent dans des conditions désastreuses, avec un accès très limité aux services de base. Cela signifie qu'ils doivent parfois marcher des heures ou même des jours pour atteindre des soins vitaux, explique Abdalla Hussein.

Entre octobre 2018 et avril 2019, les équipes MSF à Ulang ont dispensé 3200 consultations, ont assisté 81 accouchements et 719 patients ont été hospitalisés, dont 287 enfants dans l'unité pédiatrique.

«Un très grand nombre de mères et d'enfants viennent à l'hôpital, indique Madeleine Walder, coordinatrice de projet MSF à Ulang. Ils ont généralement parcouru des longues distances, et arrivent souvent dans un état critique parce qu'ils ont dû attendre si longtemps avant d'arriver dans centre de santé. En plus de prendre en charge les grossesses compliquées, nous traitons les personnes atteintes de paludisme sévère ou victimes de blessures par balle dues à la violence intercommunautaire qui continue de sévir. Nous soignons aussi très souvent des cas compliqués de co-infections tuberculose et VIH chez des patients qui peuvent avoir des symptômes depuis un an ou plus, mais qui n'ont jamais été diagnostiqués ou traités.

Les équipes MSF travaillent avec les communautés locales pour informer sur les maladies courantes et les moyens de se soigner. MSF a mis en place un système d'ambulances, les patients étant principalement transportés depuis les centres de santé éloignés jusqu'à l'hôpital d'Ulang par hors-bord sur le fleuve Sobat.

«Pour nous et pour nos patients, la région du Grand Ulang représente des défis logistiques, précise Madeleine Walder. Pendant la saison des pluies, qui dure huit mois par an, c'est très marécageux et le seul moyen de transport est le bateau, car la plupart des avions ne peuvent pas atterrir. Pendant la saison sèche, l'accès est un peu plus facile et les gens peuvent se déplacer, mais les distances pour se rendre aux structures de santé sont toujours très longues.»


Distribué par APO Group pour Médecins sans frontières (MSF).
Copyright 2019 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Commande en ligne