Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Améliorer le commerce et la sécurité alimentaire dans les à‰tats membres du CILSS

Des États membres du Comité permanent Inter-États de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), la FAO et les partenaires de développement de

Des États membres du Comité permanent Inter-États de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), la FAO et les partenaires de développement de la sous-région de l'Afrique de l'Ouest se rencontrent dans la capitale du Burkina Faso pour une réunion de deux jours afin d'engager des discussions sur le développement du commerce et des questions en matière de sécurité alimentaire et de nutrition.

La FAO et le CILSS se sont associés dans une étude pour identifier et analyser les contraintes au commerce des produits agricoles, y compris l'élevage, la foresterie et la pêche, entre les pays membres du CILSS, ainsi que de la CEDEAO, en vue de capitaliser sur les meilleures pratiques sur le commerce transfrontalier dans la région, en plus de proposer une stratégie appropriée pour la promotion du commerce et des outils de plaidoyer.

«Nous convenons tous que la taille des marchés agricoles et alimentaires du CILSS devrait s'élargir, avec le commerce comme facteur clé; nous reconnaissons également que les opportunités de commerce et de marché peuvent jouer un rôle vital dans l'amélioration de la sécurité alimentaire et la nutrition», a confirmé Madi Savadogo, au nom du Représentant de la FAO au Burkina Faso, Aristide Ongone.

La réunion de Ouagadougou sera l'occasion de valider les résultats de l'étude, de mieux comprendre les contraintes et les opportunités pour le commerce transfrontalier des produits agricoles entre les pays et d'élaborer des stratégies pour les aborder dans le but de promouvoir la sécurité alimentaire et la nutrition.

Selon Clément Ouédraogo, représentant le Secrétaire exécutif du CILSS à la réunion technique, l'initiative s'inscrit dans le cadre de la Politique commerciale du CILSS et la Politique en matière d'agro-industrialisation de la CEDEAO. «Notre objectif est d'élaborer des outils de plaidoyer pour le dialogue politique en matière de commerce transfrontalier qui serviront à renforcer le partenariat qui existe avec le CILSS et les groupes de la société civile dans la sous-région; les femmes en particulier sont très impliquées dans le commerce transfrontalier et sont donc les plus touchées par les problèmes qui constituent un obstacle au commerce dans la sous-région», a-t-il préconisé.

Lors de l'allocution d'ouverture, Christophe Joshep Marie Dabiré, Commissaire aux marchés régionaux et du commerce de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA ), a salué le soutien technique de la FAO pour évaluer le commerce et ses implications pour la sécurité alimentaire au sein du CILSS car il reflète les priorités de la région et le commerce peuvent jouer un rôle vital dans la réduction de l'insécurité alimentaire, de la malnutrition et de la pauvreté.

L'atelier de deux jours devrait présenter les résultats préliminaires sur l'inventaire des problèmes et contraintes qui entravent le commerce formel et informel ainsi que la sécurité alimentaire et la nutrition dans les États membres du CILSS.

«Nous allons également valider les résultats de la structure du commerce transfrontalier, mettre l'accent sur les produits agricoles prioritaires potentiels pour l'élaboration de la politique commerciale dans les États membres du CILSS; et faire des recommandations sur les actions pouvant aider à résoudre les contraintes identifiées et élargir les possibilités d'améliorer le commerce ainsi que la sécurité alimentaire et la nutrition dans les États membres du CILSS, en mettant l'accent sur le renforcement des meilleures pratiques», a expliqué Suffyan Koroma, économiste principal de la FAO en charge du commerce international.

Les activités relevant de l'appui technique de la FAO au CILSS iront au-delà du commerce et des domaines qui lui sont liés dans les secteurs de la production agricole et de l'élevage pour également examiner les secteurs des pêches et de la foresterie et leurs interrelations du point de vue de la chaîne de valeur.


Distribué par APO pour Food and Agriculture Organization (FAO).

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2018 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Commerce en ligne