Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Pierre angulaire des valeurs onusiennes, les droits de l'Homme au cÅ“ur de la coopération avec l'Etat malien

Composante substantive de la MINUSMA, la Division des droits de l'Homme et de la Protection (DDHP), représentation au Mali du Haut-Commissariat des

Composante substantive de la MINUSMA, la Division des droits de l'Homme et de la Protection (DDHP), représentation au Mali du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les droits de l'Homme, a pour mandat de veiller au respect des droits de l'Homme notamment à travers son travail de rapportage et la nomination d'un expert indépendant. Au-delà de ce rôle de veille, la DDHP assurer la promotion et ce, en accompagnant les structures locales qui exercent ou encore, en appuyant l'Etat et la société civile dans la sensibilisation et la formation aux droits de l'Homme.Au cours du mois de novembre, plusieurs formations ont déjà été dispensées aux Forces de Défense et de Sécurité du Mali.

Les FAMa à l'école des droits de l'Homme

Le 5 novembre dernier, une équipe de la Division des droits de l'Homme et de la Protection, a formé 44 fantassins des forces armées maliennes (FAMa), entrainé par l'EUTM (European Training Mission In Mali). L'équipe était conduite par le Directeur de la Division et Représentant du haut-Commissaire des Nations Unies pour les droits de l'Homme, Monsieur Guillaume Ngefa, venu observer, former et partager son expérience avec les militaires maliens.

Lors de la cérémonie d'ouverture de cette formation, les Responsables miliaires présents, le Commandant Steven et le Colonel Traoré, n'ont pas manqué de témoigner leur intérêt pour cette formation qui pour eux est d'une importance capitale. Lors de son allocution, le Colonel Traoré a saisi l'occasion pour mettre l'accent sur l'impact positif de la connaissance des droits de l'homme et du droit international humanitaire sur l'efficacité opérationnelle des armées. Car selon lui, si les compétences techniques liées au métier des armes sont importantes, c'est le comportement qui détermine le bon soldat et le distingue du brigand.

Au cours de son intervention, M. Ngefa a insisté sur l'importance de prendre en compte les principes des droits de l'homme et du droit international humanitaire, dans la conduite des activités et autres opérations des forces armées. Il a également félicité les autorités maliennes et l'EUTM de la place accordée aux droits de l'Homme dans la formation des forces de défense et de sécurité. En effet, depuis 2013, La Division des droits de l'homme et de la protection, travaille étroitement avec l'EUTM et les autorités militaires maliennes en vue d'intégrer les droits de l'Homme dans la formation des forces de défense et de sécurité. Elle a dans ce sens contribué à la formation et la sensibilisation de plus de 5000 éléments en droits de l'Homme.

L'intervention du 5 novembre s'inscrit dans un programme de formation que la Division délivre en collaboration avec l'EUTM, au profit de 180 officiers et sous-officiers, de l'armée de terre spécialisés en artillerie, blindé, infanterie, et de l'armée de l'air. Ces sessions de formation ont débuté le 29 octobre et prendront fin le 3 décembre prochain. Les sessions de formation sont interactives et permettent d'engager le dialogue sur les notions de base en droits de l'homme, leurs rôles et leurs responsabilités en matière de droits de l'homme et de droit international humanitaire.

Les bénéficiaires de cette formation constituent la force de réaction rapide qui sera déployée à Bamako en janvier 2017 lors du sommet Afrique-France.

Promouvoir le respect des droits de l'Homme en milieu carcéral

La MINUSMA accompagne également l'État Malien dans ses efforts pour se conformer aux standards internationaux des droits de l'Homme applicables à la détention.Ainsi la DDHP, en partenariat avec la Direction Générale de l'Administration Pénitentiaire et de l'Éducation Surveillée (DNAPES), a conduit du 14 au 15 novembre dernier une session de formation à l'intention de 32 agents de l'administration pénitentiaire parmi lesquels 3 femmes, dont des régisseurs, des inspecteurs et des conseillers d'éducation surveillée.

Cette formation se situe dans le cadre de la mise en œuvre de la résolution 2295 du Conseil de Sécurité (en particulier dans son point 19.f.i) qui encourage la MINUSMA à « appuyer les autorités maliennes dans leur entreprise de promotion des droits de l'Homme ». Deux jours durant, les participants ont été sensibilisés sur les mesures disciplinaires, sanctions et moyens de contrainte interdits et ceux jugés admissibles, du point de vue des règles minimales des Nations Unies sur le traitement des détenus. Ils ont en outre été mis au fait des principes de base sur le recours à la force et à l'utilisation des armes à feu dans les maisons d'arrêt.

Une formation qui s'est voulue pratique et interactive. Elle a été ainsi l'occasion de discuter et partager les expériences sur certaines questions spécifiques concernant les établissements pénitentiaires. Il s'agit notamment du maintien de l'ordre et de la discipline dans les maisons d'arrêt. Les participants venus de Bamako, Tombouctou, Gao, Sikasso, Ouéléssébougou et Koulikoro, ont également partagé les bonnes pratiques en ce qui concerne le traitement et l'amélioration des conditions de détention. Ils ont par ailleurs remercié la MINUSMA et à la DNAPES pour avoir conjugué leurs efforts pour la tenue de cette formation. Une autre formation est prévue pour 30 autres agents de l'administration pénitentiaire du 21 au 22 novembre.

La Police n'est pas en reste

Actuellement, 2185 élèves sous-officiers suivent une formation initiale en prélude à leur déploiement en tant qu'agents de maintien de l'ordre. Recrutés cette année, ces jeunes, une fois sur le terrain, auront à mener des patrouilles, à procéder à des contrôles et des vérifications d'identité. Ils auront également à agir dans le cadre du rétablissement et du maintien de l'ordre, en cas de troubles. Autant de tâches délicates à exécuter et pour lesquelles la connaissance et le respect des droits fondamentaux de la personne sont essentiels.

Les missions que mèneront ces nouvelles recrues d'ici peu, sont d'une importance capitale pour la protection des populations et de leurs biens et contribuent à l'assurance de la jouissance effective des droits de l'Homme par les personnes vivant sur le territoire malien. C'est la raison pour laquelle, depuis le 9 et ce jusqu'au 25 novembre 2016, la Division des droits de l'Homme et de la Protection (DDHP) de la MINUSMA, sur demande de l'École Nationale de Police et en collaboration avec UNPOL (la Police des Nations Unies) assure dans les locaux de l'École Nationale de police, la formation de ces élèves sous-officiers en droits de l'Homme.

Le Directeur de l'Ecole de Police, le Commissaire Divisionnaire Mamy Sylla a remercié la MINUSMA pour ses efforts constants et son appui à l'Etat dans le cadre du renforcement du système de sécurité au Mali. A l'occasion de la cérémonie de lancement de la formation, Il a exhorté les participants à être attentifs et à appliquer, sur le terrain, les règles des droits de l'Homme acquise au cours de cette session.

Si cette formation vise à renforcer les capacités des élèves policiers à assurer le maintien de l'ordre et à réprimer les infractions dans le respect des droits de l'homme. Elle permet également de renforcer leur compréhension de la règlementation des libertés publiques au Mali et de connaitre les normes applicables à l'usage de la force et des armes à feux. Les participants sont également sensibilisés les droits de l'homme applicables dans le cadre des opérations de police judiciaire avec une emphase sur les droits des victimes, des témoins, et des mis en causes.

Tout au long de l'enseignement, les bénéficiaires sont mis en garde contre les actes de torture ainsi que les arrestations et détentions illégales et arbitraires et sont aussi informés de leur responsabilité en cas de violation des droits de l'homme.

Les participants montrent beaucoup d'intérêt pour le contenu du cours et apprécient également la méthodologie de la formation qui leur permet d'avoir une cadre de communication interactif et une vision claire des concepts clés des droits de l'homme ainsi que leur application concrète dans le travail de policiers.


Distribué par APO pour United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA).

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2018 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Catalogue de produits