Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

La Chambre Africaine de l'Energie s'entretient avec Leoncio Amada NZE, son nouveau Président pour la région CEMAC

Le nouveau président de la Chambre africaine de l'énergie (http://EnergyChamber.org) pour la région de la CEMAC, M. Leoncio Amada NZE examine l'état

Le nouveau président de la Chambre africaine de l'énergie (http://EnergyChamber.org) pour la région de la CEMAC, M. Leoncio Amada NZE examine l'état actuel du secteur énergétique équato-guinéen au milieu de la pandémie de COVID-19 et de la guerre des prix du pétrole. Il aborde des sujets clés, notamment l'inclusion des femmes dans l'industrie de l'énergie, l'importance des politiques de contenu local et la création d'environnements propices aux investissements étrangers.

Sous la direction de S.E. le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, l'industrie de la Guinée équatoriale n'a cesse de croître. Alors que le ministère des Mines et des Hydrocarbures de Guinée équatoriale poursuit sa campagne de l'Année de l'investissement, à quoi pouvons-nous nous attendre ?

Tout d'abord, l'initiative de l'Année de l'énergie lancée en 2019 par le gouvernement de la République de Guinée équatoriale par le biais du ministère des Mines et des Hydrocarbures a été un grand succès pour le pays. Cette initiative a fait de la Guinée équatoriale la plaque tournante de l'industrie pétrolière et gazière au niveau africain, grâce à l'organisation de conférences de portée internationale, notamment la conférence APPO CAPE VII, la Journée de la réunion du pétrole et du gaz et le 5e sommet du GECF.

Ces événements internationaux ont montré au monde le grand potentiel du pays en tant que destination pour les investissements étrangers et ont mis en perspective les opportunités et les avantages que la Guinée équatoriale offre aux investisseurs étrangers.

Grâce aux efforts déployés par le ministère des Mines et des Hydrocarbures au cours de l'année de l'énergie, EG-Ronda (l'appel d'offres) mené en 2019 a été couronné de succès. Il a notamment abouti à la concession de 9 blocs pétroliers à des sociétés de renommée internationale et, pour la première fois dans l'histoire du pays, 15 blocs miniers ont été accordés.

L'Année de l'investissement 2020 s'appuie sur l'Année de l'énergie et est l'outil du gouvernement pour diversifier et renforcer le secteur pétrolier national par la mise en œuvre de projets en aval et d'infrastructures tels que la construction de deux raffineries modulaires, d'une usine de transformation du méthanol en essence, de réservoirs de stockage stratégiques pour les produits raffinés, etc. Tous ces projets visent à créer des emplois pour les locaux, à promouvoir la sécurité énergétique du pays et à réaliser le transfert de technologie en faveur des entreprises locales qui travailleront en collaboration avec de grandes multinationales dans l'exécution de ces projets.

Toutes ces initiatives nous permettent d'affirmer que le secteur des hydrocarbures continuera d'être la locomotive de l'économie équato-guinéenne pendant de nombreuses années à venir.

Depuis de nombreuses années, la Guinée équatoriale exploite ses ressources et les exporte. Quelle est l'importance pour le pays de se concentrer sur le développement de ses infrastructures de transport et de transformation ?

Le pétrole a été et demeure une bénédiction pour la Guinée équatoriale. Les revenus de l'exploitation pétrolière ont permis au pays de construire des infrastructures économiques de base telles que des aéroports, des ports, des autoroutes, des centrales électriques, des réseaux d'eau potable, des logements sociaux, etc. Cependant, les activités en amont sont à forte intensité de capital. Bien qu'elles génèrent beaucoup d'argent pour les entreprises concernées et les gouvernements hôtes, elles ne génèrent pas beaucoup d'emplois car la plupart des opérations sont automatisées.

D'où l'importance de promouvoir et développer le segment intermédiaire afin de traiter et transformer localement une partie du pétrole brut et du gaz que le pays produit. Ce faisant, des secteurs et des industries connexes sont créés, générant davantage d'emplois locaux et encourageant la création et l'entrée d'entreprises locales dans la chaîne de valeur.

L'an dernier, le Département du contenu local a lancé son tout premier ouvrage CSIR afin de mettre en évidence les contributions socio-économiques de l'industrie pétrolière et gazière au cours des 25 dernières années. Comment la Guinée équatoriale peut-elle s'appuyer sur les contributions de projets tels que le Projet d'élimination du paludisme de l'île de Bioko, le Programme de protection de la biodiversité de Bioko et le Projet d'hôpital du district de Baney qui couvraient la réduction du paludisme, les soins de santé, l'accès à l'eau potable et les taux de mortalité infantile ?

L'industrie pétrolière et gazière de la Guinée équatoriale a joué un rôle très important en aidant le gouvernement national à réaliser des projets ayant un impact social dans l'ensemble de la sphère nationale. Cela comprend la construction de centres éducatifs, d'hôpitaux, de terrains de jeux, le forage de puits d'eau potable et plus encore. Le projet d'élimination du paludisme en Guinée équatoriale, financé par le ministère des Mines et des Hydrocarbures avec les compagnies pétrolières et mis en œuvre par le ministère de la Santé, revêt également une grande importance pour le pays.

Par ailleurs, avec le soutien du gouvernement, le laboratoire de la ville de Baney (également financé par le secteur pétrolier) est devenu le fer de lance de la stratégie de lutte contre le COVID-19. Le centre a été certifié par l'OMS et a la capacité d'effectuer plus de 150 tests COVID-19 par jour.

Ces types de politiques et projets sociaux doivent être soutenus, financés et accompagnés à parts égales par les entreprises nationales du secteur pétrolier. Pour ce faire, il est nécessaire d'approfondir les politiques de contenu local et d'encourager la création d'entreprises locales dynamiques, efficaces et rentables, capables de concurrencer aux niveaux des normes internationales requises par le secteur dans lequel nous opérons.

Grâce à son projet de méga hub du gaz, la Guinée équatoriale prévoit de répondre aux attentes d'une coopération transfrontalière réussie dans le domaine du gaz. Comment prévoyez-vous que la pandémie de COVID-19 aura un impact sur ces plans ?

Le projet de méga hub gazier est un projet ambitieux et innovant s'inscrivant dans la politique de zéro torchage du gaz, promue par le ministère des Mines et des Hydrocarbures.

Sa conception, sa planification et son exécution se font dans le cadre des attentes convenues par les parties concernées. La destruction de la demande mondiale de pétrole causée par la pandémie de COVID-19, combinée à la guerre des prix du pétrole entre la Russie et l'Arabie saoudite, ont fait chuter les prix du pétrole à des niveaux très bas sur les marchés internationaux. Cette dynamique peut mettre en péril certains projets d'investissement que de nombreuses entreprises ont dans leur portefeuille. La situation actuelle obligera de nombreuses entreprises à réduire leurs projets d'investissement pour tenter de traverser la crise qui nous tourmente si les gouvernements hôtes n'activent pas de mécanismes de soutien en faveur du secteur pétrolier. Nous espérons que ce n'est pas le cas de ce projet en particulier, car il revêt une grande importance pour la Guinée équatoriale et la sous-région.

Le ministère des Mines et des Hydrocarbures a annoncé qu'il renonçait aux frais des sociétés de services pétroliers et gaziers opérant dans le pays au milieu de la guerre des prix du pétrole et de la pandémie de COVID-19 en cours. Comment cette évolution encourage-t-elle de nouveaux investissements et des relations continues avec les grandes entreprises ?

Nous sommes confrontés à une crise sans précédent aux conséquences désastreuses et imprévisibles pour l'industrie pétrolière, combinée à la chute historique des prix du pétrole brut sur les marchés internationaux à des niveaux observés uniquement pendant la guerre du Golfe.

Les mesures adoptées par le ministère des Mines et des Hydrocarbures arrivent à un moment où tant les sociétés de services que l'industrie pétrolière en général traversent une période très difficile.

Le ministère des Mines et des Hydrocarbures a été très proactif. Cependant, nous pensons que d'autres institutions et départements de l'administration publique devraient adopter des réactions et des initiatives similaires pour soutenir le secteur pétrolier et gazier dans son ensemble. Cela pourrait se produire grâce à des sociétés de production et de services préservant les opérations et la stabilité du secteur pétrolier, dont le PIB du pays dépend à 91%. C'est une tâche qui fait appel et requiert le sens des responsabilités de tous les acteurs impliqués.

Les gouvernements jouent un rôle clé dans la croissance et le développement du secteur. Que peuvent faire les gouvernements africains pour soutenir les sociétés pétrolières et gazières afin d'accélérer le rythme de l'exploration et de la production ?

Dans n'importe quel secteur ou activité économique, les investissements étrangers et locaux sont dirigés vers les zones et les endroits où les retours sur investissement sont acceptables pour les personnes qui décident de risquer leur capital. Il en va de même dans le secteur pétrolier. Les gouvernements africains doivent être beaucoup plus flexibles en ce qui concerne les conditions fiscales des contrats pétroliers, en particulier dans les phases d'exploration et de développement pour attirer les investissements. Pour maintenir le plateau de production dans le temps, des investissements dans l'exploration sont nécessaires. Pour que cela soit possible, les conditions fiscales des contrats pétroliers doivent être encore plus flexibles en ces temps de crise.

En encourageant les investisseurs à pénétrer les marchés africains pour le développement des industries pétrolières et gazières, quel est le rôle de la certitude politique dans la création d'environnements favorables et la confiance des investisseurs ?

L'investissement étranger est dirigé vers des endroits où l'on a l'impression que le capital investi est protégé et où les règles du jeu sont transparentes, respectées et applicables à tous. C'est dans ce sens que les pays africains doivent insister et travailler à la consolidation de l'état de droit, à des cadres budgétaires transparents, stables et prévisibles, et enfin au respect du caractère sacré des contrats. Tous ces facteurs contribuent à la création d'un environnement commercial stable qui attire les investissements étrangers et génère la confiance.

Où le changement doit-il commencer pour que nous voyions plus de femmes à des postes de haut niveau dans le secteur de l'énergie en Afrique ?

Une société qui marginalise la moitié de sa population ne peut pas atteindre son plein potentiel.

Nous pouvons extrapoler la même analyse à l'industrie pétrolière et gazière. Nous croyons et savons que les femmes ont beaucoup à offrir à notre industrie. Il y a des femmes talentueuses sur le continent africain, capables d'occuper des postes de direction et de direction dans l'industrie pétrolière africaine. Nous avons commencé à voir peu de femmes à des postes de direction, mais nous pensons que cela ne suffit pas. Nous pourrions avoir besoin d'une politique de contenu local basée sur l'autonomisation des femmes dans le secteur pétrolier et gazier. Plus peut et doit être fait.

Nous, les hommes de l'industrie pétrolière africaine, sommes pères de femmes, fils de femmes et maris de femmes. Nous aimerions que nos filles et conjointes accèdent à des postes de direction dans n'importe quel secteur tant qu'elles possèdent les compétences et l'expérience nécessaires pour occuper un tel poste. Les hommes ont la responsabilité de modéliser ce changement.

L'Afrique est toujours en retard sur le reste du monde en matière d'éducation et de développement des compétences. Comment le continent peut-il utiliser son industrie des hydrocarbures pour favoriser une croissance économique plus large ?

Le secteur pétrolier africain peut et a les capacités et les ressources nécessaires pour améliorer et promouvoir une éducation de qualité, l'utilisation des nouvelles technologies, et la promotion et l'incitation à l'initiative privée. Tout cela est possible grâce à la mise en œuvre d'une politique de contenu local rigoureuse et coordonnée pour assurer le transfert de technologie.

Alors que le débat sur le changement climatique se poursuit, que signifient les pressions mondiales pour évoluer vers un mix énergétique axé sur les énergies renouvelables pour les pays d'Afrique encore en proie à la pauvreté énergétique ?

Le débat sur le changement climatique est très important et a des implications socio-économiques profondes pour tous les pays et continents.

De mon point de vue en tant qu'homme d'affaires africain dans le secteur des hydrocarbures, je dirais que le changement climatique est sans aucun doute réel et nous affecte tous. Sans doute, nous avons tous une obligation morale de faire quelque chose pour renverser la situation.

En revanche, nous devons également être conscients de notre réalité socio-économique. L'Afrique est le continent qui pollue le moins, mais est aussi le continent le moins développé industriellement et technologiquement. C'est aussi le continent qui a le moins de ressources financières pour investir considérablement dans les énergies renouvelables de telle manière qu'elles aient un réel impact sur notre panier d'énergie. Le pétrole et le gaz restent la principale source de revenus et le moteur de développement des pays africains. On peut nous demander de contribuer à la lutte contre le changement climatique, mais nous ne pensons pas qu'il soit raisonnable de demander à nos gouvernements et à notre peuple de compromettre ou de risquer le développement économique sous prétexte de lutter contre le changement climatique.

Nous devons trouver un équilibre pragmatique entre les efforts que nous devons déployer dans la lutte contre le changement climatique et les besoins réels de notre population.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.
Copyright 2020 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Design web adaptatif