Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Le président sénégalais Macky Sall a raison sur l'allégement de la dette africaine - et le G20 ne devrait pas s'arràªter là  (Par NJ Ayuk)

Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l'énergie (www.EnergyChamber.org).

«Aplatissez la courbe.» Vous souvenez-vous de cette phrase

Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l'énergie (www.EnergyChamber.org).

«Aplatissez la courbe.» Vous souvenez-vous de cette phrase ? C'était sur toutes les lèvres au printemps, lorsque la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19) a commencé à sévir à travers le monde pour de bon.

À l'époque, l'idée était que la meilleure façon de lutter contre le germe connu sous le nom de SRAS CoV-2 était de rentrer chez soi et d'y rester suffisamment longtemps pour que les hôpitaux, cliniques et autres établissements médicaux puissent renforcer les capacités nécessaires pour faire face à l'inondation prévue de nouveaux patients. La plupart d'entre nous s'attendaient à ce que ce départ de la routine soit temporaire. Nous espérions que cela ne durerait pas longtemps - que nous serions en mesure de reprendre nos activités habituelles après une brève interruption, avec la certitude que toutes les garanties nécessaires étaient en place.

Bien sûr, cela n'a pas été le cas. Nous avons passé beaucoup plus de temps que prévu à nous abriter chez nous, incapables de rendre visite à des amis et de la famille, d'aller à l'école ou d'aller travailler de manière habituelle. Beaucoup d'entre nous ont perdu leur emploi et ont vu nos entreprises faire faillite, et le résultat cumulatif de toutes ces catastrophes individuelles a été que l'économie mondiale a pris un virage à la baisse.

Nous devons encore « aplatir la courbe »… mais comment?

En cours de route, bien sûr, nous en avons appris un peu plus sur le SRAS CoV-2 - comment il rend les gens malades, comment le traiter plus efficacement, de quel type de ressources nos prestataires médicaux ont le plus besoin, etc. Mais nous avons également arrêté de parler d '« aplatissement de la courbe ». Même dans les endroits où les hôpitaux et les cliniques ont pu constituer leurs stocks d'équipements de protection individuelle (EPI), de ventilateurs et d'autres produits de première nécessité, nous sommes passés à d'autres sujets.

À mon avis, c'est une erreur. Laissez moi vous dire pourquoi.

Ce n'est pas parce que notre compréhension du virus a changé avec le temps.

Ce n'est pas parce que nous avons vu les taux d'infection augmenter après la levée des ordres de confinement.

Ce n'est pas parce que nous n'avons pas encore de vaccin.

Ce n'est pas parce que l'idée d '« aplatir la courbe » semble insensible alors que plus de 900 000 personnes sur les près de 28 millions infectées dans le monde sont déjà mortes du COVID-19.

C'est parce que nous devons repenser l'idée de ce que signifie « aplatir la courbe ».

Et je pense que l'appel lancé par le président Macky Sall en faveur de l'allégement de la dette africaine est un bon point de départ pour y repenser.

Le point de vue du président

Voyons tout d'abord ce que le président Sall a à dire.

Fin août, le dirigeant sénégalais a exhorté les membres du groupe de pays du G20 à continuer d'aider les nations africaines à équilibrer leurs obligations envers leurs créanciers avec leurs obligations envers leurs propres citoyens face à une pandémie mortelle. S'adressant à un groupe de chefs d'entreprise à la Conférence des entrepreneurs français, il a noté que le groupe avait repris son appel à un moratoire sur le recouvrement des créances des pays pauvres d'Afrique et d'ailleurs en avril. Il a suggéré que ce moratoire soit prolongé jusqu'en 2021 plutôt que de laisser expirer à la fin de 2020.

« Pour la plupart, et pour tous les pays africains, les efforts internes ne suffiront pas à atténuer le choc du COVID et à relancer la croissance économique », a-t-il déclaré. « Nous avons besoin de plus de capacités financières, c'est pourquoi, avec d'autres de mes homologues, j'ai plaidé pour un allégement substantiel de la dette publique et privée de l'Afrique à des conditions à convenir. »

Ce que signifient les paroles du président

Les déclarations de Sall reflètent le fait que l'émergence du SRAS CoV-2 n'était pas un événement ponctuel qui a déclenché une crise à court terme, mais plutôt le début d'une lutte qui prendra du temps à se résoudre. Ils reconnaissent que l'épidémie est susceptible de nuire à l'économie mondiale pour les années à venir - et que les pays qui luttent contre les épidémies de COVID-19 ont besoin de temps pour renforcer leur capacité à riposter.

De plus, les paroles du président font avancer l'idée que les États africains seront mieux à même de faire face à leurs obligations financières à l'avenir s'ils prennent le temps et la peine de s'attaquer d'abord à la situation de la santé publique. En effet, il a tenu à souligner que l'Afrique prend ses engagements financiers au sérieux, puisqu'il a évoqué l'allégement de la dette et non l'annulation de la dette. (Il a également suggéré que les membres du groupe G20 offrent aux débiteurs le même type de marge de manœuvre qu'ils se sont accordés, comme une exemption temporaire des règles limitant la dette à 3% ou moins du PIB.)

En d'autres termes, Sall demande au groupe G20 de donner à l'Afrique le temps et l'espace pour aplatir la courbe. Il n'a peut-être pas utilisé ces mots exacts, mais cela semble être son objectif. Il espère que les créanciers accepteront de suspendre les affaires comme d'habitude afin que les États africains puissent renforcer leur capacité de croissance économique, tout comme les citoyens ordinaires de nombreux pays du monde ont accepté de perturber leurs routines habituelles de travail et d'activités scolaires et de loisirs afin que les hôpitaux puissent renforcer leur capacité de soins aux patients.

Sall comprend également que cet aplatissement de la courbe économique n'est pas un processus simple. Il sait qu'il faudra plus d'un cycle de paiements différés pour compenser les conséquences économiques de la pandémie, et c'est pourquoi il a maintenant demandé au G20 de prolonger le moratoire sur la dette, qui devait à l'origine expirer à la fin de 2020, à l'année prochaine.

Compenser les revers des six derniers mois

Et ne vous y trompez pas : l'Afrique a besoin de ce temps supplémentaire. Le continent a énormément souffert au cours des six derniers mois.

Sur le plan économique, la pandémie a déclenché une récession mondiale qui a fait perdre leur emploi à des millions de salariés africains. Pendant ce temps, bien d'autres millions de personnes ont vu leurs moyens de subsistance diminuer ou disparaître parce que les restrictions de mouvement ont étouffé le secteur informel et forcé la fermeture de petites entreprises. De plus, le continent a connu des pénuries de carburant et d'autres biens essentiels en raison de perturbations dans la chaîne d'approvisionnement.

Certaines régions d'Afrique ont également résisté aux perturbations politiques. Le Mali a subi un coup d'État à la mi-août, après plus de deux mois de manifestations anti-gouvernementales. La guerre civile en Libye, qui oppose le Gouvernement d'accord national (GNA) soutenu par l'ONU à Tripoli à l'Armée nationale libyenne (ANL) de Khalifa Haftar, a continué de durer, paralysant de fait l'industrie pétrolière lucrative du pays. Les investisseurs dans les projets de gaz naturel liquéfié (GNL) au Mozambique sont devenus plus nerveux depuis qu'une milice liée au groupe État islamique, également connu sous le nom de Daech, a pris le contrôle d'un port clé dans l'État de Cabo Delgado.

Dans d'autres circonstances, les producteurs africains de combustibles fossiles auraient pu utiliser leurs réserves pour aider à accumuler les liquidités nécessaires pour faire face aux conséquences du COVID-19. Après tout, comme je l'ai expliqué dans mon dernier livre, 'Des milliards en jeu: l'Avenir de l'énergie et des affaires en Afrique', l'industrie pétrolière et gazière a le potentiel de servir de tremplin, d'amplifier et d'accélérer la croissance économique. Elle peut créer des opportunités de diversification économique et – grâce à la recherche et aux investissements des sociétés pétrolières – aider à ouvrir la voie à la création d'un secteur des énergies renouvelables.

Malheureusement, les prix mondiaux du pétrole se sont effondrés plus tôt cette année, en partie à cause de la concurrence entre la Russie et l'Arabie saoudite pour les parts de marché, et en partie parce que la pandémie a sapé la demande d'énergie. Les prix ont atteint des creux historiques fin avril. Et comme ils ne se sont pas encore complètement rétablis, les producteurs africains auront besoin de plus que du pétrole et du gaz pour compenser les revers qu'ils ont subis cette année.

Une étape nécessaire : l'allègement de la dette

C'est là que l'allégement de la dette entre en jeu.

L'allégement de la dette aidera les États africains à surmonter les tempêtes causées par la pandémie.

L'allégement de la dette aidera les États africains à prendre les mesures nécessaires pour aider les gens à retourner au travail ou à développer leur entreprise.

L'allégement de la dette aidera les États africains à rétablir la stabilité à la suite de perturbations politiques.

L'allégement de la dette aidera les États africains à compenser la forte baisse des revenus pétroliers et gaziers et à commencer à construire des secteurs des énergies renouvelables.

L'allégement de la dette est nécessaire pour aplatir la courbe. C'est ce qui donnera à l'Afrique le temps et l'espace pour commencer à se frayer un chemin vers la reprise – prendre les mesures nécessaires pour apporter de nouveaux investissements dans l'industrie pétrolière et gazière, pour construire le secteur de l'énergie durable en Afrique, pour élargir l'accès des entreprises et des particuliers à l'électricité, pour relancer les petites entreprises, pour promouvoir l'innovation et l'esprit d'entreprise, pour favoriser la création d'emplois et pour éliminer les formalités administratives et les obstacles réglementaires.

Demander plus : le pardon de la dette

Le président du Sénégal le comprend - et j'espère que les dirigeants des membres du G20 le comprennent également. J'espère qu'ils peuvent voir à quel point il est raisonnable pour les pays pauvres d'Afrique et d'autres régions de demander ce dont ils ont besoin pour aplatir la courbe.

Mais j'aimerais aussi aller plus loin. Je vais en demander plus.

Je vais demander l'annulation de la dette.

Je vais suggérer que les membres du groupe du G20 acceptent de renoncer aux paiements des débiteurs africains – en particulier, des débiteurs africains éligibles. Et par débiteurs éligibles, je veux dire les pays qui s'engagent dans un programme tourné vers l'avenir qui comprend des réformes de grande envergure et axées sur le marché, ainsi que des garanties pour la liberté économique, la bonne gouvernance, le libre-échange et l'investissement dans l'éducation.

Tous ces points sont conformes aux idéaux qui ont aidé la plupart des États membres du G20 à accomplir tant de choses en matière de croissance économique. De plus, ils sont exactement le genre de choses que les États africains devraient faire afin de maximiser leurs chances de renforcer l'élan perdu du fait de la pandémie – et de prolonger leur rétablissement loin dans le futur, au-delà du moment où les vaccins, remèdes et traitements plus efficaces élimineront la menace du COVID-19.

J'espère que les prêteurs du G20 à l'Afrique verront les choses à ma façon. J'espère qu'ils accepteront d'aider l'Afrique à faire tout ce qu'elle peut pour aplatir la courbe.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.
Copyright 2020 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Panier d'achats