Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Au Sénégal, des jeunes autochtones luttent pour leur avenir

Les jeunes autochtones travaillent comme agents de changement en première ligne des crises les plus pressantes auxquelles l'humanité est confrontée

Les jeunes autochtones travaillent comme agents de changement en première ligne des crises les plus pressantes auxquelles l'humanité est confrontée aujourd'hui. Au Sénégal, ces jeunes sont également les principaux mobilisateurs communautaires pour de nombreuses activités dans les territoires et aires conservés par les peuples autochtones et les communautés (ICCA) de Kollou Ndigue.

Pour illustrer, nous partageons cette histoire élaboréepar lePNUDet ses partenaires, qui montre comment des jeunes qui font revivre la lutte traditionnelle sénégalaise, sauvegardent la médecine autochtone et protègent leurs forêts.

Charles Gorgui Diagne vit dans le village de Djilor Djidiack, au Sénégal, où se trouve la forêt de Kollou Ndigue.

Il organise la jeunesse de son village en menant des campagnes de plantation d'arbres, en défendant la médecine traditionnelle et en surveillant activement leur forêt. En tant que leader, il apprécie la valeur des liens intergénérationnels.

L'art de la lutte traditionnelle sénégalaise

«Dans la culture africaine en général et dans la culture sérère en particulier, les pratiques ancestrales sont transmises et perpétuées de génération en génération», partage Charles.

L'une de ces pratiques est la lutte traditionnelle sénégalaise.

Les anciens du village transmettent oralement les instructions sur l'art de la lutte. De père en fils, et maintenant que les jeunes femmes ont commencé à rejoindre leurs homologues masculins, de père en fille, la lutte traditionnelle est enseignée aux jeunes dans des écoles spéciales au cours de leur initiation à l'âge adulte.

Les écoles de formation rassemblent également des personnes de différentes communautés, et la lutte traditionnelle permet ainsi des rencontres amicales entre villages voisins.

Dans le village de Charles, la lutte sert également de point d'entrée pour la protection de la biodiversité.

La lutte sénégalaise remonte au XIVe siècle et a débuté avec le peuple sérère.

La lutte traditionnelle est un élément important du patrimoine culturel sénégalais ; elle est une manifestation des appartenances tribales et des groupes sociaux et sert de signe de la vitalité d'une communauté particulière. C'est aussi l'un des sports nationaux du pays. Cette pratique tombe cependant de plus en plus dans l'oubli, car les gens se tournent vers des variantes plus modernes et plus professionnelles.

Pour Charles, membre de la communauté sérère, «ce sont des pratiques dont nous avons le devoir d'assurer la pérennité en les transmettant aux autres générations, car comme le disait le poète président Léopold Sédar Senghor, 'la culture est au début et à la fin de tout processus de développement'».

Pas seulement pour les garçons

À l'origine, les combats de lutte faisaient partie des célébrations de la fête des récoltes et permettaient de déterminer qui était l'homme le plus fort de la communauté. Aujourd'hui, les femmes s'y mettent aussi, comme Isabelle Sambou.

Nommée lutteuse africaine de la décennie, elle a remporté de nombreux tournois africains et a représenté le Sénégal aux Jeux olympiques de Londres et de Rio de Janeiro.

«Pour nous, les Jola, la lutte fait partie de notre patrimoine. Nous l'avons héritée de nos arrière-grands-parents... Pour le peuple Jola, c'est donc un héritage. Nous l'avons hérité de nos ancêtres. Voir des femmes lutter nous rend fiers». --Isabelle Sambou dans son interview avec Al Jazeera, en 2022.

Dès leur plus jeune âge, de nombreux jeunes autochtones apprennent de leurs parents et de leurs communautés à participer à des activités qui maintiennent un équilibre subtil entre la nature et les besoins de l'homme.

La valorisation de la diversité culturelle et de la biodiversité - et la pleine expression du potentiel évolutif de la vie - vont de pair.

De la lutte à la reforestation

Charles apprécie la façon dont ces dialogues intergénérationnels facilitent le transfert des connaissances autochtones, créent des liens solides entre les générations et aident les jeunes autochtones à avoir un sentiment d'appartenance et une identité culturelle forte.

Avec les jeunes avec lesquels il travaille, il constate que ce processus fait partie intégrante de leur capacité à devenir des individus résilients et des leaders de leurs communautés.

Un territoire de vie dans la forêt de Kollou Ndigue

Les Sérères ont une longue histoire dans la région de Fatick, au sud-ouest du Sénégal. Depuis des siècles, ils gèrent la forêt communautaire de Kollou Ndigue où vit Charles.

Face à l'augmentation de la sécheresse et à la déforestation généralisée, exacerbée et intensifiée par le changement climatique, les habitants se sont associés au Programme de microfinancements du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) par l'intermédiaire de l'Initiative mondiale d'appui aux ICCA (ICCA-GSI) en 2016 pour obtenir un soutien dans la protection de leur forêt. Grâce à l'ICCA-GSI, les Sérères ont officiellement désigné leur forêt communautaire de 20 hectares comme une ICCA.

Des désignations formelles comme celles-ci peuvent entraîner un renforcement des mécanismes de gouvernance locale dans l'ICCA et aider l'ICCA à obtenir une meilleure reconnaissance de la part des communautés locales.

Aujourd'hui, la biodiversité de la ZIC de Kollou Ndigue est bien préservée par rapport à son environnement. Les méthodes de conservation dans la ZICC sont renforcées par la richesse culturelle de la zone et sont préservées à travers des cérémonies initiatiques, des manifestations traditionnelles et d'autres festivités renforcées par l'implication des jeunes, sur la base des liens tissés par leurs ancêtres.

Lutte et médecine traditionnelles

En plus d'honorer l'héritage de leurs ancêtres à travers la lutte, les jeunes lutteurs travaillent avec des médecins traditionnels sur l'utilisation des plantes médicinales afin de les préparer à la compétition, et ce faisant, ils reçoivent une éducation sur la valeur de leurs forêts.

Charles explique : «La médecine traditionnelle est un facteur de développement économique, social et culturel. Tout d'abord, le jeune qui pratique la lutte traditionnelle doit avoir une bonne base spirituelle. Et cette base, nous ne la trouvons que dans la nature à travers l'ICCA, qui est notre principale source d'approvisionnement en arbres médicinaux. Nous protégeons jalousement cette forêt car nous sommes conscients des opportunités qu'elle nous offre et de son importance dans notre environnement immédiat. Les plantes médicinales se font de plus en plus rares en raison de l'utilisation intensive par l'homme et des sécheresses de ces dernières décennies. C'est pourquoi les jeunes du village se mobilisent chaque hiver pour restaurer la flore. Des journées de reboisement sont ainsi organisées afin de reboiser des espèces rares ou menacées. Grâce à l'ICCA, ces plantes revivent car elles sont protégées».

Comme le dit Charles, «même avec le développement de la science, les Sérères conservent leurs racines dans le traitement des maladies par les plantes médicinales, pour conjurer le mauvais sort et attirer la chance».

Ces liens étroits qui existent entre les ressources de l'ICCA et notre développement social, économique et culturel encouragent les jeunes à soutenir les ICCA en participant aux activités de reboisement et de surveillance de l'ICCA.

«En ce qui concerne la biodiversité, nous avons plusieurs espèces essentielles d'arbres et d'arbustes dans les ZICC... et dans plus de mangrove de la périphérie des ZICC. Ces plantes sont essentielles dans la biodiversité de l'ICCA car elles sont utilisées pour traiter presque toutes les maladies, aussi bien pour les humains que pour les animaux, sans oublier leur importance pour notre atmosphère (puits de carbone) et notre environnement en général».

Agents du changement

Les jeunes autochtones sont des agents de changement en première ligne de certaines des crises les plus pressantes auxquelles l'humanité est confrontée aujourd'hui.

Au Sénégal, ces jeunes sont également les principaux mobilisateurs de la communauté pour de nombreuses activités de l'ICCA, telles que le reboisement de sites sacrés à l'aide d'arbres locaux en voie de disparition et les réunions de sensibilisation traditionnelles.

Investir dans un avenir vivable

Les jeunes autochtones jouent un rôle crucial dans la préservation de la sagesse et de l'histoire ancestrales. En tant que leaders actuels et futurs de leurs communautés, il est essentiel de soutenir le leadership et l'autodétermination afin de protéger les connaissances indigènes, l'identité culturelle et les AMIC, et de créer un système plus durable et interdépendant pour les générations à venir.

L'AMIC de Kollou Ndigue nous rappelle que la résolution des problèmes environnementaux passe par le recours aux pratiques culturelles traditionnelles. À l'heure où nous nous interrogeons sur l'avenir de notre planète en mutation, nous nous rappelons tous le rôle important que jouent les populations autochtones dans la conservation de notre planète commune.


Distribué par APO Group pour UN News.

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2024 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Vente en ligne