Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Des responsables du secteur pétrolier se joignent à  la Chambre africaine de l'énergie pour une visite a l'à®le de Gorée au Sénégal, centre notoire du commerce des esclaves

Sous la conduite de la Chambre africaine de l'énergie et de son Président exécutif, Nj Ayuk, plusieurs responsables du secteur pétrolier se sont

Sous la conduite de la Chambre africaine de l'énergie et de son Président exécutif, Nj Ayuk, plusieurs responsables du secteur pétrolier se sont rendus en visite symbolique dans l'île de Gorée au Sénégal, au sud-est de la capitale, Dakar.

L'île de Gorée était un immense centre de détention d'esclaves et était un point central du commerce européen des esclaves du XVIe siècle à 1848, année où la France a aboli l'esclavage. D'innombrables esclaves africains ont traversé l'île pendant des siècles pour se rendre aux États-Unis, en Haïti et à Cuba. Le plus ancien bâtiment de l'île, la Maison des Esclaves, rappelle les conditions inhumaines dans lesquelles les esclaves africains ont été traités pendant plus de trois siècles. L'île entière a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 1978.

« L'esclavage était un péché et un crime contre l'humanité. La Chambre se réjouit de travailler avec divers groupes de la société civile africaine pour lutter contre les problèmes de l'esclavage moderne. Cela commence par la création d'un environnement où chacun est traité avec équité, amour et respect », a déclaré NJ Ayuk, PDG du Centurion Law Group et Président exécutif de la Chambre africaine de l'énergie lors de la visite.

Les dirigeants du secteur pétrolier ont appris que les esclaves étaient enchaînés au cou et aux bras avec une lourde boule de fer. Beaucoup d'esclaves n'étaient libérés qu'une fois par jour de leurs cellules, qui mesuraient seulement 2,6 m sur 2,6 m, chacune contenant entre 15 et 20 hommes. Les malades et les morts étaient jetés à la mer pour nourrir les requins.

Les familles étaient séparées, les femmes et les enfants étant placés chacun dans une partie séparée de la Maison des Esclaves. Pour les jeunes femmes, il y avait un moyen de s'échapper. Tous celles qui tombaient enceintes par les maîtres d'esclaves étaient relâchées soit sur l'île, soit dans la ville de Saint-Louis.

« Visiter l'île de Gorée devrait nous rappeler que l'esclavage persiste lorsque nous réduisons les libertés civiques, encourageons les lois qui répriment la dissidence, restons inactifs face à la montée du populisme qui a attisé la xénophobie, limitons les possibilités des Africains et des femmes dans le pétrole et le gaz et fermons les yeux sur les familles africaines qui continuent à gagner des salaires indignes », a ajouté Ayuk.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.
Copyright 2019 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Commande en ligne