Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Guinée : Avancées significatives au procès du massacre de 2009

Au cours de l'année écoulée, plus de 50 victimes du massacre brutal du stade de Guinée en 2009 ont été entendues par des juges en présence de 11

Au cours de l'année écoulée, plus de 50 victimes du massacre brutal du stade de Guinée en 2009 ont été entendues par des juges en présence de 11 accusés, dont l'ancien président guinéen ; Ce procès est un exemple rare de mise en œuvre de l'obligation de rendre des comptes au niveau national pour des suspects de haut niveau, et devrait inspirer d'autres efforts similaires en matière de justice ; Les partenaires internationaux peuvent contribuer à garantir l'équité et l'efficacité de ce procès, notamment en fournissant des ressources adéquates, en assurant un suivi et en apportant leur soutien aux procédures.

Le procès historique, devant un tribunalguinéen,dumassacrebrutal de manifestants pacifiques en 2009 dans la capitale du pays progresse de manière significative, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui à l'occasion de la publication d'un document dequestions-réponsessur ces événements.

Le 28 septembre 2023 marque le premier anniversaire de l'ouverture de ce procès et le quatorzième anniversaire de l'attaque des forces de sécurité, au cours de laquelle plus de 150 personnes ont trouvé la mort et de nombreuses femmes ont été violées. Le procès, qui a fait l'objet d'une suspension judiciaire en août et en septembre, doit reprendre le 3 octobre.

«Au cours de l'année écoulée, plus de 50 victimes de l'horrible massacre du stade de Guinée et chacun des 11 accusés, y compris l'ancien président et des ministres guinéens, ont été entendus lors du procès», a déclaréElise Keppler, Directrice adjointe du programme Justice internationale à Human Rights Watch. «Le procès est un effort de justice historique pour les victimes et pour le pays, et devrait contribuer à inspirer d'autres efforts de mise en œuvre de l'obligation de rendre des comptes au niveau national ailleurs dans le monde.»

Le document de questions-réponses détaille les points suivants :

L'identité des 11 accusés et leurs droits pendant le procès. L'état d'avancement de la procédure et les prochaines étapes de celle-ci. Le rôle des victimes dans le procès. La diffusion et la couverture médiatique des débats. Les défis à relever en matière de ressources et de sécurité. La manière dont les entités internationales peuvent contribuer à promouvoir le déroulement équitable et efficace du procès. Le contexte politique actuel en Guinée.

Ce procès est le premier de ce type s'agissant de violations des droits humains de cette ampleur en Guinée et un rare exemple à l'heure actuelle de mise en œuvre de l'obligation de rendre des comptes au niveau national pour des atrocités impliquant des suspects de haut niveau, a déclaré Human Rights Watch. Le procès a focalisé l'attention de toute la nation, notamment en raison de la diffusion des débats en direct.

«Ce procès doit continuer à être encouragé, suivi de près et soutenu par les acteurs de la scène internationale, notamment la Cour pénale internationale, les Nations Unies et les donateurs», a déclaré Elise Keppler. «Les victimes et leurs familles font campagne depuis longtemps pour la tenue d'un tel procès, et méritent que les responsables du massacre rendent compte de leurs actes».


Distribué par APO Group pour Human Rights Watch (HRW).

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2024 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Panier d'achat