Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Comment le Darfour est devenu une « calamité humanitaire et une crise catastrophique des droits humains »

Le déclenchement du conflit il y a sept mois au Soudan a conduit à « la convergence d'une calamité humanitaire qui s'aggrave et d'une crise

Le déclenchement du conflit il y a sept mois au Soudan a conduit à « la convergence d'une calamité humanitaire qui s'aggrave et d'une crise catastrophique des droits humains », la région agitée du Darfour étant particulièrement durement touchée, selon un haut responsable de l'ONU.

Près de neuf millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire et des rapports suggèrent que quelque 4.000 personnes ont été prises pour cible et tuées en raison de leur appartenance ethnique.

On craint désormais que le Darfour ne revienne aux années de combats brutaux et d'atrocités croissantes observés il y a vingt ans et qui ont fait quelque 300.000 morts et des millions de personnes déplacées.

Alors, que se passe-t-il actuellement au Darfour ? Voici ce que vous devez savoir sur le conflit.

Quel est le contexte historique ?

Le nom « Darfour » est dérivé de « dar fur », qui signifie « le pays de la fourrure » en arabe. La tribu Four dirigeait autrefois le sultanat islamique du Darfour jusqu'à l'assassinat en 1916 du dernier sultan du Darfour. Aujourd'hui, le Darfour abrite environ 80 tribus et groupes ethniques, comprenant des communautés nomades et sédentaires.

Même si les conflits tribaux et ethniques ne sont pas rares, la situation s'est aggravée en 2003 lorsque les rebelles, notamment l'Armée de libération du Soudan (SLA) et le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), ont pris les armes contre le gouvernement soudanais, pour protester contre la répartition inégale des ressources économiques. .

Ce conflit opposait les forces gouvernementales soudanaises, soutenues par des milices alliées connues sous le nom de Janjaweed, aux groupes rebelles résistant au régime autocratique de l'ancien Président Omar El-Béchir.

Le résultat fut un bilan dévastateur pour le Darfour. Quelque 300.000 personnes ont perdu la vie et des millions ont été déplacées, dont 400.000 réfugiés contraints de fuir vers des camps au Tchad voisin.

En réponse à ces atrocités, la Cour pénale internationale (CPI) a émis des mandats d'arrêt contre plusieurs hauts responsables soudanais, dont Omar El-Béchir, pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre au Darfour.

L'histoire se répète-t-elle au Darfour ?

Bien que le Darfour ait connu des périodes intermittentes de réduction de la violence ces dernières années, en particulier pendant la période où la mission conjointe ONU-Union africaine (MINUAD) opérait dans cette région agitée, la situation a pris une tournure drastique avec le déclenchement du conflit en avril 2023 entre les groupes paramilitaires des Forces de soutien rapide (RSF) et les forces armées soudanaises.

S'adressant au Conseil de sécurité en novembre, Martha Ama Akyaa Pobee, Sous-Secrétaire générale de l'ONU pour l'Afrique, a déclaré que les hostilités s'étaient « intensifiées » et que le Soudan était « confronté à la convergence d'une calamité humanitaire qui s'aggrave et d'une crise catastrophique des droits de l'homme ».

L'escalade de la violence dans la région du Darfour au Soudan fait craindre que les atrocités commises il y a vingt ans ne se reproduisent.

L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, leHCR, s'est dit alarmé par les informations faisant état de violences sexuelles persistantes, de torture, d'exécutions arbitraires, d'extorsion de civils et de ciblage de groupes ethniques spécifiques.

Au Darfour occidental, des centaines de personnes sont mortes dans des attaques à motivation ethnique perpétrées par les Forces de soutien rapide (RSF) et les milices alliées, selon le chef des droits de l'homme de l'ONU.

« De tels développements font écho à un passé horrible qui ne doit pas se répéter », a déclaré Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, soulignant « des mois de souffrances futiles, de morts, de pertes et de destructions ».

En juillet, le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a ouvert une enquête sur des allégations de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité dans la région, à la suite de la découverte de charniers de quelque 87 membres de l'ethnie Masalit, qui auraient été tués par les RSF et des milices affiliées.

Les habitants du Darfour reçoivent-ils une aide de l'ONU ?

Dans le passé, les Nations Unies avaient une forte présence au Darfour par le biais de la MINUAD, créée par le Conseil de sécurité en juillet 2007. Son mandat comprenait, entre autres, la protection des civils et la facilitation de l'acheminement de l'aide humanitaire par l'ONU et d'autres organisations humanitaires.

La MINUAD a mis fin à ses opérations le 31 décembre 2020 et le gouvernement soudanais a assumé la responsabilité de protéger les civils dans toute la région. Cela faisait suite à un accord de paix historique conclu entre les autorités soudanaises et deux groupes armés au Darfour.

Une mission politique des Nations Unies connue sous le nom d'UNITAMS a ensuite été créée pour soutenir le Soudan pendant une période initiale de 12 mois au cours de sa transition politique vers un régime démocratique. Ce soutien comprenait la création de la Commission permanente de cessez-le-feu (PCC), essentielle à la mise en œuvre du volet Darfour de l'accord de paix de Juba d'octobre 2020 et à la prévention d'une résurgence du conflit politique au Darfour.

En décembre 2023, le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé de mettre fin au mandat de l'UNITAMS et de commencer à mettre fin à ses opérations sur une période de trois mois qui devrait se terminer le 29 février 2024.

Il est inquiétant de constater que le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l'homme a récemment reçu des informations crédibles faisant état de l'existence d'au moins 13 charniers à El Geneina, dans l'ouest du Darfour, et dans ses environs, à la suite des attaques des RSF et des milices arabes contre des civils, dont la majorité sont issus de la communauté Massalit. Ces actes, s'ils sont vérifiés, pourraient constituer des crimes de guerre.

Mais qu'en est-il maintenant ?

L'ONU se dit particulièrement préoccupée par la situation au Darfour, où des bébés meurent dans les hôpitaux, des enfants et des mères souffrent de malnutrition sévère et des camps de personnes déplacées ont été entièrement incendiés.

Martha Ama Akyaa Pobee, de l'ONU, a déclaré au Conseil de sécurité que « les violences sexuelles et basées sur le genre se poursuivent, avec des accusations de violences sexuelles de la part du personnel des Forces de soutien rapide, ainsi que des viols et du harcèlement sexuel impliquant les forces armées soudanaises ».

L'aide est-elle livrée ?

Les agences humanitaires des Nations Unies ont quitté le Darfour lorsque le conflit a éclaté en avril 2023 et que bon nombre de leurs installations ont été pillées ou détruites. Certaines sont revenues occasionnellement pour apporter une aide humanitaire lorsque la situation sécuritaire le permet.

En novembre, les partenaires de l'ONU ont pu atteindre l'État du Darfour central à bord d'un convoi routier, qui a mis cinq jours, transportant des fournitures médicales de Kosti, dans l'État du Nil Blanc, pour la première fois depuis le début des combats.

Et le Bureau des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) a annoncé l'arrivée des premiers secours transfrontaliers destinés à soutenir 185.000 personnes du Tchad à El Fasher, la capitale du Darfour Nord.

De nombreux travailleurs humanitaires ont été tués au Darfour, tandis que d'autres travaillent dans des conditions extrêmement difficiles pour venir en aide aux civils.

L'OCHA affirme que le Soudan représente la plus grande crise humanitaire au monde, mais le plan de réponse n'est financé qu'à 33%. Le bureau humanitaire a déclaré que sans plus de soutien, « des milliers de personnes mourront ».


Distribué par APO Group pour UN News.

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2024 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Panier d'achat