Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

L'économiste en chef du Groupe de la Banque africaine de développement, Kevin Urama, appelle les entrepreneurs scandinaves et irlandais à  faire de l'Afrique leur destination d'affaires et d'investiss

L'économiste en chef du Groupe de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org), Kevin Urama, a appelé les entrepreneurs des pays scandinaves

L'économiste en chef du Groupe de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org), Kevin Urama, a appelé les entrepreneurs des pays scandinaves et de l'Irlande à faire de l'Afrique leur destination d'affaires et d'investissement.

En visite officielle au Danemark, en Finlande, en Irlande, en Norvège et en Suède du 25 au 29septembre 2023, M. Urama a déclaré que le boom démographique de l'Afrique -qui devrait en faire la région la plus peuplée du monde d'ici à la fin du siècle, avec jusqu'à 3,4milliards d'habitants- offrait d'énormes possibilités d'affaires et d'investissement au reste du monde.

« Avec une population de plus de 1,3milliard d'habitants [actuellement], 600millions de jeunes, une urbanisation rapide et des revenus croissants pour les classes moyennes, l'Afrique est la première frontière des marchés émergents », a-t-il indiqué. M.Urama était accompagné, lors de ce voyage, par MmeMette Knudsen, administratrice de la Banque africaine de développement représentant le groupe des pays nordiques, l'Inde et l'Irlande.

Selon KevinUrama, l'agriculture et l'énergie en Afrique offrent d'immenses opportunités pour le commerce et l'investissement avec les pays nordiques, car la taille du marché de l'alimentation et de l'agriculture en Afrique atteindra 1 000milliards de dollars américains d'ici à 2030, contre 300milliards de dollars en 2022.

L'Afrique possède 65% des terres arables non cultivées de la planète, ce qui représente un vaste potentiel pour l'agriculture durable et l'agro-industrie.

S'exprimant lors d'une réunion avec des hommes d'affaires à Copenhague, au Danemark, le 28septembre, M.Urama a déclaré que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), le plus grand bloc régional au monde en termes de nombre de pays, était un marché estimé à 3 500milliards de dollars.

« Les entreprises danoises devraient saisir ces opportunités commerciales et investir davantage en Afrique », a appelé M. Urama, qui est également le vice-président du Groupe de la Banque chargé de la Gouvernance économique et de la Gestion des connaissances.

Il a indiqué que le commerce bilatéral entre le Danemark et l'Afrique avait augmenté de 28,6% entre 2018 et 2022, passant de 2 milliards à 2,6milliards de dollars américains, soulignant qu'il y avait un potentiel de croissance.

« Mais cette augmentation est insuffisante, tant en valeur qu'en termes relatifs. Entre 2018 et 2022, les exportations totales du Danemark vers l'Afrique ne représentaient en moyenne que 0,3% du total des importations mondiales de l'Afrique », a-t-il précisé.

Les importations du Danemark en provenance d'Afrique ne représentaient que 0,1% des exportations totales de l'Afrique entre 2018 et 2022.

« Il faut que cela change, compte tenu de l'énorme potentiel et des opportunités que les marchés africains offrent aux entreprises danoises en matière de commerce et d'investissement, ainsi que du partenariat solide entre le Danemark et les pays africains », a poursuivi M. Urama.

Lors d'une table ronde à Oslo, en Norvège, KevinUrama a souligné le faible niveau des échanges commerciaux entre la Norvège et les pays africains, malgré l'énorme potentiel que les marchés africains offrent aux entreprises norvégiennes.

Le commerce bilatéral est passé de 3,1milliards de dollars en 2018 à 5,2milliards de dollars en 2022, soit une augmentation de 68%. Les investissements directs étrangers (IDE) de la Norvège en Afrique étaient estimés à 1,6milliard de dollars américains en 2021, soit une baisse de 12% par rapport à 2020.

« Il reste beaucoup à faire pour améliorer le commerce et l'investissement entre la Norvège et l'Afrique. Entre 2018 et 2022, les exportations totales de la Norvège vers l'Afrique ne représentaient en moyenne que 0,4% des importations totales de l'Afrique », a-t-il ajouté.

M.Urama a lancé des appels similaires aux investisseurs irlandais, finlandais et suédois, les encourageant à saisir les opportunités d'investissement en Afrique, en particulier dans des domaines clés tels que les métaux verts, comme le lithium et le cobalt, qui stimuleront la croissance du marché mondial des technologies propres.

« Le continent détient 80% des réserves mondiales de platine, 50% des réserves de cobalt et 40% des réserves de magnésium, ainsi que de vastes gisements de lithium et de graphite », a-t-il souligné.

Il existe également des opportunités inexploitées dans le développement de Zones spéciales de transformation agro-industrielle. La Banque africaine de développement et ses partenaires investissent plus de 1,5milliard de dollars américains dans le développement de ces zones, dont 25 sont en cours de développement dans 11pays, a-t-il conclu.


Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2024 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Catalogue de produits