Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Perspectives économiques en Afrique 2023 : les pays d'Asie invités à  investir davantage en Afrique, terre d'opportunités

L'Afrique offre d'énormes possibilités pour les investisseurs asiatiques. Les pays d'Asie et leur secteur privé ont ainsi tout intérêt à se tourner

L'Afrique offre d'énormes possibilités pour les investisseurs asiatiques. Les pays d'Asie et leur secteur privé ont ainsi tout intérêt à se tourner vers l'Afrique, recommande l'économiste en chef du Groupe de la Banque africaine de développement (https://www.AfDB.org/fr), Kevin Urama.. Il a lancé cet appel lors d'un séminaire coorganisé avec l'Institut coréen de politique économique internationale (KIEP) le 12 juillet 2023 à Sejong, en Corée sur l'édition 2023 du rapport sur les Perspectives économiques en Afrique (https://apo-opa.info/44tOCS3).

« J'invite les investisseurs et les gouvernements d'Asie à voir l'Afrique non pas comme une terre lointaine, mais comme un continent plein d'opportunités», leur a enjoint M. Urama, également vice-président chargé de la Gouvernance économique et de la Gestion des connaissances. Il a fondé ses recommandations sur les données de la dernière édition des Perspectives économiques en Afrique, l'un des rapports phares du Groupe de la Banque. Chaque année, cette publication des plus attendues passe au crible les économies des 54 pays d'Afrique et en détaille les projections.

Malgré les nombreux chocs d'ampleur que l'Afrique a subis ces dernières années, entre pandémie de Covid-19, effets des changements climatiques et invasion de l'Ukraine par la Russie, le continent s'avère plutôt résilient: après avoir atteint 3,8 % en 2022, son taux de croissance devrait grimper à 4,1 % en 2023 et 2024, dépassant la moyenne mondiale de 2,9 % et celle de l'Europe de 1,1 %, a prédit l'économiste en chef, estimant que seule la croissance de l'Asie de 4,3 % sera plus élevée.

«L'Afrique doit jouer un rôle clé dans la transition verte, sachant qu'elle recèle 60 % des terres arables non exploitées dans le monde et les minéraux nécessaires à la croissance verte. Ce sont des opportunités pour le développement durable et pour les investissements. C'est une terre vierge, on peut facilement y construire des infrastructures à faible émission de carbone sans avoir à engager de fortes dépenses», a ajouté M. Urama.

Pour réaliser ces opportunités, les investisseurs asiatiques doivent aller au-delà des images d'Epinal concernant l'Afrique. «En Afrique, on a eu le Covid, on a des crises, on a des conflits, c'est vrai, mais ce n'est qu'un pan de la réalité», a souligné l'administrateur du Groupe de la Banque africaine de développement pour le Canada, la Chine, la Corée du Sud, le Koweït et la Turquie, Edmond Wega.

M. Wega a ainsi appelé l'Asie à se saisir des crises pour les tourner en opportunités. « Le continent asiatique doit utiliser ses technologies et ses connaissances pour nouer une relation gagnant-gagnant avec l'Afrique, travailler avec les régions, les pays, la Banque africaine de développement, pour arriver à une convergence d'intérêts, pour que les rêves deviennent réalité», a-t-il plaidé.

Le vice-président de KIEP, Sung-Chun Jung, abonde dans le même sens. «L'Afrique a le potentiel d'être un futur marché d'opportunités en matière de croissance verte, avec sa population en croissance rapide et ses abondantes ressources en énergies renouvelables et en minéraux», a-t-il insisté. Le responsable de KIEP a livré un puissant plaidoyer pour le continent africain: «La communauté internationale doit fortement soutenir les efforts que déploient les pays africains pour lutter contre les changements climatiques, avec des financements, des transferts de technologies et le renforcement des capacités, notamment». Et le secteur privé doit jouer un rôle plus important pour combler le déficit de financement qui affecte la mobilisation de fonds dédiés à la lutte contre les changements climatiques, a-t-il ajouté.

La présentation du rapport a été suivie d'une table-ronde, qui a réuni Hong Miao, experte en énergie et directrice de programme à l'Institut des ressources mondiales de Chine; Sungbae An, directeur du Département de macroéconomie et finance internationale à KIEP; et Kohji Mitomori, directeur du Bureau des changements climatiques au Département de l'environnement global de l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA). Munsu Kang, chercheur associé à KIEP a assuré la modération des débats.

Mme Miao a souligné que les entreprises et les investisseurs chinois ont la volonté de travailler avec d'autres pays de l'OCDE pour investir et s'engager dans le développement économique en Afrique, surtout en matière de croissance verte et d'énergies renouvelables. «Un grand nombre d'investisseurs privés chinois sont déjà présents en Afrique et les banques multilatérales de développement doivent également jouer un rôle, parce que de nombreuses opportunités innovantes existent pour engager davantage d'investisseurs privés. Il faut faire des efforts des deux côtés, du côté de l'Asie et de l'Afrique», a-t-elle lancé, après avoir présenté une étude sur l'appétence des investisseurs chinois pour l'Afrique, notamment dans les énergies renouvelables.

Misant sur la baisse des taux d'inflation au niveau international «dans un avenir assez proche», Sungbae An a fait cas des projections économiques de KIEP, qui table sur une croissance de 3,7 % en 2023 en Afrique subsaharienne. «Un des problèmes clés que nous avons identifiés est l'inflation qui vient de la hausse des prix alimentaires et des produits de base, de la pression liée aux taux de change en hausse et des troubles politiques».

Kohji Mitomori, a assuré de l'intérêt croissant des entreprises japonaises pour investir dans les énergies renouvelables en Afrique. Il a souligné que le Japon allait doubler sa contribution pour l'adaptation climatique d'ici 2030. « En Afrique, on essaie de se focaliser sur un développement urbain sobre en carbone, la résilience aux changements climatiques, l'évaluation des risques climatiques, un système d'alerte précoce et la préservation des forêts et de la nature», a précisé M. Mitomori.

C'était la 4e année consécutive que le rapport Perspectives économiques africaines est présentée en Asie. Le Groupe de la Banque africaine de développement a ouvert un Bureau de représentation extérieure pour l'Asie, basé au Japon.


Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).

Contact média:
Romaric Ollo Hien,
Département de la communication et des relations extérieures
media@afdb.org

Contact technique :
Yuna Choi, Département de la communication et des relations extérieures
y.choi@afdb.org

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement
Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l'Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 44 pays africains, avec un bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 Etats membres régionaux. Pour plus d'information: https://www.AfDB.org/fr

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2024 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Commande en ligne