Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Journée internationale de la Jeune Fille: Fors de leurs acquis en 2017, des Organisations de la société Africaine continuent d'engager les décideurs politiques pour un meilleur investissement dans la

Dans 16 pays, 25 Organisations de la Société Civile Africaine et d'Haïti et une organisation internationale font le suivi des vaccins, des finances

Dans 16 pays, 25 Organisations de la Société Civile Africaine et d'Haïti et une organisation internationale font le suivi des vaccins, des finances et des législations.

Cotonou, Douala, Kinshasa, Abidjan, Conakry, Accra, Bamako, Nouakchott, Abuja, Freetown, Kampala, Lusaka, Nairobi, Dakar, Monrovia, Port au Prince.

A l'occasion de la Journée Internationale de la Jeune Fille, 26 Organisations de la Société Civile d'Afrique et d'Haïti continuent de demander des comptes au nom des filles, et des garçons, et une meilleure mise en œuvre des politiques de vaccination. Cela se fait à travers la 2ème édition de l'initiative 33 Days to Power Up Immunization, qui leur permet de porter un débat pendant 33 jours, sur l'importance de la Vaccination et le rôle essentiel que jouent les vaccins comme le vaccin contre le Tétanos, la Rubéole et les VPH pour la survie des filles.

S'alignant au thème de la Journée de la Jeune Fille de 2018 qui est «Avec elle : encourager l'instruction et la qualification professionnelle des filles», les membres des différentes organisations se sont entendus sur un message clé: la vaccination doit être un des investissements prioritaires chez la petite fille.

«Le monde du travail actuel est en rapide mutation, il est important d'éduquer et de professionnaliser les filles pour qu'elles prennent leurs marques. Nous devons donc nous assurer que les filles, et tous les enfants en général, soient à jour dans leur calendrier vaccinal, car la vaccination a un impact positif sur la productivité des jeunes filles», affirme Clarisse Loe Loumou, membre du Conseil de Gavi et représentante des OSC au sein de GAVI.

Á l'occasion de cette journée, des efforts ont été déployés pour réunir et fédérer les partenaires et toutes les parties prenantes autour de la défense des droits des filles, et de la sensibilisation aux défis et aux besoins les plus pressants auxquelles elles doivent faire face afin d'acquérir les compétences nécessaires pour trouver un emploi qualifié.

Profitant de chacune des dates clés de la campagne, à savoir la Journée Internationale de la Jeune Fille, la Journée Mondiale contre la Poliomyélite et la Journée Mondiale contre la Pneumonie, les Organisations de la Société Civile rencontrent les décideurs politiques pour demander des comptes sur leurs engagements pris avec la Déclaration d'Addis-Abeba sur la Vaccination et le Plan d'Action Mondial pour la Vaccination.

Selon M. Salisu Musa Muhammad, Directeur des Opérations et des Finances de Concern Health and Research Initiative, il faut reconnaitre que des efforts ont été déployés par les dirigeants Africains, mais il reste beaucoup à faire pour atteindre les objectifs. «Lors de l'édition 2017, nous avons obtenu une allocation de 15% du budget de l'Etat de Bauchi à la santé, et un engagement du Gouverneur de cet Etat de faire plus que ça, mais aussi de maintenir ce budget pour 2018. Mais ce n'est pas assez, il y'a tant d'autres défis à relever pour prioriser la vaccination au Nigéria», rappelle-t-il.

Cette activité s'inscrit dans le cadre de la campagne «33 Days to Power Up Immunization» lancée avec succès en 2017, grâce aux impacts tels que l'augmentation du budget dédié à la santé de la mère et de l'enfant pour l'année 2018 au Ghana, obtenus par les activités de plaidoyer de 14 OSC provenant de 10 pays africains. Cette campagne a pour but de demander aux gouvernements des comptes par rapport aux multiples engagements qu'ils ont pris en matière de vaccination.

Tout au long de la 2ème édition de la campagne, nous ferons le suivi des vaccins, des finances et des législations. Il s'agit là de trois domaines qui nous aideront à maintenir le cap en vue de l'accès universel à la vaccination.

Signé par

1. Bénin: Fondation Joseph The Worker

2. Cameroun: PROVARESSC

3. Congo: Association d'Entraide Médico Sociale

4. Côte d'Ivoire: ONG Agis et FENOSCI

5. Guinée: POSSAV

6. Ghana: Concern Health Education Project et Muslim Family Counselling Services

7. Mali: FENASCOM

8. Mauritanie: ADFFE

9. Nigéria: Community Health and Research Initiative, Care and Development Center,NIWAAFA, et Coalition on Vaccines, Vitamins and Immunizations for All Nigerians

10. Sierra-Léone: Children Advocacy Forum, Focus 1000 et Pikin-to-Pikin

11. Ouganda: Community Restoration Initiative Project

12. Zambia: Zambia Civil Society Immunization Platform et ALEJO Community Support Project

13. Kenya: KANCO

14. Sénégal: Fondation AFRIVAC

15. Liberia: Public Health Initiative et Liberia Immunization Platform

16. Haïti: PHAREV

17: Global: CoMo

18: Niyel


Distribué par APO Group pour Niyel.
Contact de presse : Mlle Khadija SY Email: sksy@niyel.net Telephone: +221 33 820 50 93 www.Niyel.net Participez au débat mondial autour des 33 jours pour stimuler la vaccination sur les réseaux sociaux enutilisantles hashtags #33Daysforimmunization, #Vaccineswork, #PowerUpImmunization,#33Days,#InternationalDayofthGirlChirl,#Savelives.
Copyright 2018 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Vente en ligne