Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

France - Bénin / France - Lybie / France - Maroc / France - Tchad / France - République démocratique du Congo / France -Cameroun ; Quai d'Orsay - Déclarations de la porte-parole

Au point de presse de ce jour (14février 2018), la porte-parole a fait les déclarations et répondu aux questions suivantes:

[...]

2 - Bénin -

Au point de presse de ce jour (14février 2018), la porte-parole a fait les déclarations et répondu aux questions suivantes:

[...]

2 - Bénin - Déplacement de M. Jean-Baptiste Lemoyne (15-16 février 2018)

M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, se rendra les 15 et 16 février au Bénin.

Il sera reçu par le président Patrice Talon ainsi que par les ministres des affaires étrangères et de la coopération, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, et du cadre de vie et du développement durable.

La contribution de la France dans ces différents domaines est substantielle, en particulier à travers l'Agence française de développement. M. Jean-Baptiste Lemoyne visitera les sites des projets de l'AFD à Porto-Novo (ville durable et biodiversité) et au collège de Glodjigbé (appui à l'enseignement secondaire). Il se rendra également à Ouidah avec le directeur de l'agence nationale béninoise de promotion des patrimoines et de développement du tourisme pour visiter cette cité historique (dont la porte du non-retour, le fort portugais et le projet de marina).

La coopération entre la France et le Bénin est particulièrement dense. Nous souhaitons la poursuivre et l'approfondir selon les orientations fixées par le président de la République dans son discours prononcé le 28 novembre 2017 à Ouagadougou, notamment dans les domaines de la culture et du patrimoine, du climat, de l'enseignement supérieur et de la formation professionnelle.

[...]

5 - Lybie

Q - Une rencontre de personnalités libyennes se tient depuis lundi à Genève pour faire la paix et rapprocher les points de vue des protagonistes de la crise dans ce pays. Qu'est-ce que vous en pensez ? Considérez-vous qu'aujourd'hui, alors que se multiplient les attentats et les violences en Libye, que le plan de règlement de la crise proposé par le représentant du Secrétaire général de l'ONU Ghassan Salamé, en septembre dernier est dans l'impasse ou pas?

R- La France réaffirme son appui au plan d'action du représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, M. Ghassan Salamé, pour parvenir à une solution politique. Celui-ci a été endossé par le Conseil de sécurité. Tout doit être fait pour atteindre l'objectif d'organiser prochainement une conférence nationale et de tenir des élections générales en 2018.

La France soutient pleinement le travail du représentant spécial du Secrétaire général et relève avec satisfaction l'intérêt de la population libyenne pour s'enregistrer sur les listes électorales, qui comptent aujourd'hui plus de 2,3 millions d'inscrits.

La France se tient aux côtés du peuple libyen dans sa lutte contre le terrorisme et l'assure de son soutien pour parvenir à une solution politique inclusive qui permettra de renforcer les institutions et d'unifier les forces armées sous l'autorité du pouvoir civil.

[...]

7 - Maroc

Q - Lundi, les avocates françaises des détenus politiques sahraouis de Gdeim Izik, Me Metton et Me Ouled, ont été interpellées à leur descente d'avion à Casablanca, placées en rétention avant d'être expulsées le lendemain. La France a-t-elle réagi ?

R - Le consulat général de France à Casablanca a été informé de l'interdiction d'entrer sur le territoire marocain de deux avocates françaises, Maîtres Ouled et Metton, à leur arrivée à l'aéroport international de Casablanca le 12 février. Elles ont pu rentrer en France le lendemain.

L'autorisation d'entrer au Maroc appartient aux autorités de ce pays.

8 - Tchad

Q - Samedi dans la capitale tchadienne, une manifestation d'élèves et d'étudiants a été violemment réprimée par le pouvoir. Par ailleurs, toutes les demandes de manifester des partis politiques et des associations de la société civile sont systématiquement refusées et les marches interdites sous peine de suspension et de dissolution des organisations qui braveraient cette interdiction. Face à cette situation, le Syndicat des enseignants du Tchad (SET) a dénoncé dimanche au cours d'une conférence de presse le mutisme des partenaires du Tchad, dont la France. Quelle est votre réaction ?

R - La France réitère son attachement, partout dans le monde, au respect des libertés fondamentales, dont la liberté d'expression et de manifestation pacifique, composante essentielle de la démocratie.

La France promeut cette approche dans ses échanges réguliers avec le Tchad et l'encourage à garantir le plein respect des droits de l'Homme, conformément aux engagements internationaux qu'il a pris.

9 - République démocratique du Congo

Q - Lors d'une réunion informelle lundi aux Nations unies sur le processus électoral en RDC, l'ambassadrice américaine à l'ONU a affirmé que son pays est contre le système de vote électronique proposé par la commission électorale indépendante congolaise pour les scrutins prévus normalement en décembre prochain. Les États-Unis préfèrent le vote papier pour éviter des doutes sur les résultats de ces élections. Quelle est la position de la France ?

R - La France est attachée à la tenue effective des élections conformément au calendrier électoral publié le 5 novembre 2017, dans le respect de la constitution congolaise et de l'esprit de consensus qui avait prévalu lors de la signature de l'accord politique du 31 décembre 2016.

Elle juge également essentielle la mise en œuvre des mesures de "décrispation politique" pour réunir les conditions d'élections crédibles et apaisées.

L'utilisation de machines à imprimer les bulletins de vote, sans précédent en Afrique, mérite un examen approfondi tenant compte du contexte particulier en République démocratique du Congo. Cette question renforce la nécessité pour la commission électorale nationale indépendante d'accepter le déploiement d'experts internationaux et de mettre en œuvre une totale transparence sur tous les aspects du processus électoral. Elle est essentielle pour la confiance entre toutes les parties. La France salue à cet égard le consensus entre l'Union africaine, la Communauté de développement d'Afrique australe, l'Union européenne, les Nations unies et l'Organisation internationale de la Francophonie, ainsi que leur disponibilité à déployer sans délai une assistance technique électorale.

10 – Cameroun

Q - Considérez-vous que la situation dans les régions anglophones du Cameroun est stable comme le président Biya le prétend ?

R – Nous nous sommes exprimés sur ce point le 2 février :

"La France condamne les nouveaux assassinats de représentants des forces de l'ordre survenus le 1er février au Cameroun.

Nous réitérons notre appel à l'arrêt des violences et appelons l'ensemble des acteurs à la retenue.

Seul le dialogue permettra de répondre, de manière pacifique et concertée, aux préoccupations de toutes les parties, dans le respect de l'unité et de l'intégrité du pays. C'est un message que nous passons également aux autorités camerounaises, en étroite concertation avec nos partenaires européens et internationaux."


Distribué par APO Group pour Ministère des Affaires Etrangères de la République Française.
Copyright 2018 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Web design