Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Madagascar : la Banque africaine de développement maintient le cap du document de stratégie-pays (DSP) 2017-2021, avec des résultats satisfaisants à  mi-parcours

La Banque africaine de développement (www.AfDB.org) obtient des résultats satisfaisants à Madagascar, selon le rapport à mi-parcours du document de

La Banque africaine de développement (www.AfDB.org) obtient des résultats satisfaisants à Madagascar, selon le rapport à mi-parcours du document de stratégie-pays (DSP) pour la période 2017-2021 et la revue de performance du portefeuille-pays 2019, approuvés le 25 novembre à Abidjan par le Conseil d'administration de la Banque.

Pour réaliser le DSP, la Banque s'est appuyée sur deux piliers: le développement des infrastructures d'énergie et de transport pour soutenir la croissance inclusive, et le soutien à la transformation de l'agriculture et au développement de l'industrie. Ces piliers ont eu les retombées attendues.

Au pilier I, l'accès amélioré à l'énergie fiable, à moindre coût, a permis un taux de recouvrement des factures de la JIRAMA (société publique malgache) de 89% en 2018, contre 40% en 2015. Près de 76044 nouveaux branchements ont été réalisés entre 2015 et 2019 et les tarifs de l'électricité ont été ajustés par une hausse de 37% en moyenne pour mieux refléter les coûts. En outre, le taux d'accès à l'électricité s'est amélioré légèrement de 15% en 2015 à 16,6% en 2019.

Pour la connectivité des transports des zones de production aux marchés, 105 kilomètres de routes ont été réalisés ainsi que 16 kilomètres de pistes rurales et 320 mètres de ponts. Ainsi, le trafic sur la route nationale 9 (RN9) a augmenté de de 27% entre 2016 et 2019 et le temps de parcours a chuté d'une demi-journée. La réduction atteint jusqu'à 15 heures pour les poids lourds.

Au pilier II, la poursuite de la mise en œuvre des projets agricoles (réhabilitation et extension du périmètre irrigué de Bas Mangoky II, réhabilitation des infrastructures agricoles dans le sud-ouest) ainsi que le Projet d'appui à la promotion des investissements (PAPI) ont amélioré fortement l'accès à l'emploi salarié formel dans des activités à haute valeur ajoutée. En effet, les terres aménagées pour l'irrigation sont passées de 9000 hectares en 2016 à 21000 hectares en 2019, dont au moins un tiers alloué aux femmes. La production agricole additionnelle par an a atteint 120000 tonnes pour le riz et 35000 tonnes pour le pois de cap. Les emplois créés dans le textile ont bondi, de 80000 en 2014 à 150000 en 2019, dont 70% occupés par des femmes.

Dans le domaine des activités transformatrices et créatrices d'emplois, trois centres d'incubation pour les jeunes dans l'agriculture et l'agro-industrie ont été construits, et près de 410 micro et petites entreprises agricoles, dont au moins un tiers d'entreprises dirigées par des femmes, bénéficient d'un accompagnement pour devenir de futurs des entrepreneurs.

À la lumière de ces résultats satisfaisants, le rapport relatif à la revue à mi-parcours du DSP 2017-2021 de Madagascar combiné à la revue de performance du portefeuille-pays 2019, a obtenu le maintien des deux piliers pour la période allant jusqu'à la fin de 2021.

Toutefois, pour atteindre les résultats du DSP, la Banque africaine de développement entend mettre en œuvre le programme de prêts actualisé, qui a fait l'objet d'une large consultation des parties prenantes à Madagascar. L'accent sera mis sur la poursuite de la mobilisation accrue de ressources pour le financement de la stratégie financée par les ressources du FAD-15: industrialisation et création d'emplois décents à plus haute valeur ajoutée, désenclavement des zones rurales qui regorgent d'opportunités économiques, développement de compétences et accompagnement des PME.

Le 6 octobre 2020, le portefeuille actif du Groupe de la Banque pour Madagascar comptait 21 opérations. Le montant des engagements s'élevait à 553,79 millions de dollars. La taille moyenne des projets d'investissement était en augmentation, passant de 27,4 millions de dollars en moyenne en 2017 à plus de 41,1 millions de dollars à la fin de 2019. Les secteurs couverts sont le transport (33,9%), l'agriculture (30,1%), l'énergie (25,5%), la gouvernance (9,9%), l'eau et l'assainissement (0,4%), l'environnement (0,2%) et le secteur social (0,1%).


Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).

Contact médias :
Alexis Adélé
Département de la communication et des relations extérieures
a.adele@afdb.org

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement :
Groupe de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) est la principale institution du financement du développement en Afrique. Il comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). Représentée dans 41 pays africains, avec un bureau extérieur au Japon, la Banque contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 Etats membres régionaux. Pour plus d'informations : www.AfDB.org

Copyright 2021 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Commerce en ligne