Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Les « High 5 » de la Banque africaine de développement : une vision et des résultats qui transforment l'Afrique

Au cours de la dernière décennie, l'Afrique a enregistré l'une des croissances économiques les plus robustes au monde. Toutefois, la majorité des

Au cours de la dernière décennie, l'Afrique a enregistré l'une des croissances économiques les plus robustes au monde. Toutefois, la majorité des économies africaines sont bien en deçà de leur plein potentiel. Une transformation structurelle est nécessaire pour créer plus d'emplois, réduire la pauvreté et réaliser les Objectifs de développement durable.

Les cinq domaines prioritaires de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) sont destinés à aider les pays africains à réaliser les ODD. Ces domaines sont : nourrir l'Afrique ; éclairer l'Afrique ; industrialiser l'Afrique ; intégrer l'Afrique ; et améliorer la qualité de vie des populations africaines.

Atta Abdul, Fatima-Zahra, Shuaibu et Daniel sont les visages d'un continent en pleine transformation. En pariant sur la jeunesse africaine, la Banque mise sur l'avenir pour faire du continent une terre de progrès, de prospérité et d'espoir.

Nourrir l'Afrique

Depuis 2015, 74 millions d'Africains ont bénéficié de technologies agricoles améliorées grâce aux efforts de la Banque pour renforcer la sécurité alimentaire sur le continent.

Par exemple, dans l'ouest de la Mauritanie, le projet d'aménagement hydro-agricole du Brakna-ouest, soutenu par la Banque à hauteur de 12 millions de dollars américains, a permis à 1 500 familles d'agriculteurs et d'éleveurs de retourner à la terre pour cultiver leurs champs.

«Nous sommes issus d'une famille d'agriculteurs et d'éleveurs et nous avons grandi dans ce milieu. Nous n'avions que peu de récoltes. Nous avions envie de partir ailleurs», explique Atta Abdul Seck, un bénéficiaire de Louboudou, dans l'ouest de la Mauritanie. « Quand je suis revenu, ce qui m'a plu en tant que fils d'agriculteur, c'est de pouvoir continuer à cultiver. Car l'agriculture, c'est ma culture », affirme fièrement Abdul.

Éclairer l'Afrique

Sans électricité, l'agriculture ne pourra répondre efficacement au défi grandissant de la sécurité alimentaire sur le continent. La Banque a ainsi fait de l'investissement dans l'énergie une priorité. Depuis 2016, elle a mobilisé 12 milliards de dollars pour sa priorité stratégique «Éclairer l'Afrique». Grâce à cet investissement, 13,4 millions de personnes ont pu avoir accès à l'électricité.

Au Maroc, d'importants progrès ont été réalisés dans l'élargissement de l'accès à l'électricité. En seulement deux décennies, le réseau électrique a couvert la quasi-totalité du pays. Soutenu par la Banque à hauteur de 155millions d'euros, le Programme national d'électrification rurale globale a permis de raccorder près de 12,8millions de Marocains au réseau électrique national.

À Dar El Aïn, village situé à une vingtaine de kilomètres de Marrakech, l'arrivée de l'électricité a offert de nouvelles possibilités aux femmes de la coopérative « Al Amal ». Elles l'utilisent pour transformer les récoltes, comme le blé en couscous, ou obtenir d'autres produits à base d'orge et de blé. « La coopérative transforme les différentes récoltes locales en produits à haute valeur ajoutée. Grâce à l'électricité, les femmes sont beaucoup plus efficaces, et leurs produits de meilleure qualité. Cela crée de l'espoir », se réjouit Fatima-Zahra, une trentenaire membre de la coopérative.

Industrialiser l'Afrique

Au titre de la priorité «Industrialiser l'Afrique», la Banque a permis à 9 millions de personnes d'accéder aux financements par le biais d'entreprises privées. Au Nigeria, plus de 70% de la population dépend de l'agriculture. Les fluctuations dans les récoltes ont des répercussions considérables sur les rendements, les revenus et la sécurité alimentaire.

Produire des engrais localement devient alors une solution. Dans cette perspective, la Banque a soutenu la construction d'une usine d'engrais dernière génération à Port Harcourt, en apportant plus de 100 millions de dollars américains.

Shuaibu Yusuf, un agriculteur d'une trentaine d'années, qui habite dans un village proche de Port Harcourt, a constaté l'impact de ce projet sur son quotidien. «Quand j'ai utilisé ces engrais, j'ai vu la différence. Mes récoltes ont augmenté de près de 40%. Grâce à l'agriculture, je peux assurer la nourriture, payer l'éducation de mes enfants et même leurs frais médicaux », déclare-t-il. «J'encouragerai mes enfants, mes voisins et les membres de ma communauté à accroître leurs activités agricoles pour que nous puissions tous aller de l'avant», souligne avec conviction Shuaibu.

Intégrer l'Afrique

Pour tirer davantage de bénéfices de l'industrialisation, l'Afrique doit mieux s'intégrer en termes de commerce et de marchés. Grâce à l'intégration, les pays africains peuvent accéder à des marchés plus vastes et ainsi accroître les revenus de millions d'habitants grâce à de nouvelles opportunités.

Depuis 2015, 69 millions de personnes ont bénéficié du soutien de la Banque pour de nouvelles infrastructures de transport qui ont fait progresser l'intégration. A titre d'exemple, les chaînons manquants sur les principaux corridors de transport ont été comblés, les interconnexions entre les pays renforcées et le commerce intra-africain redynamisé.

Le corridor Nairobi-Addis-Abeba, qui a bénéficié d'un financement de la Banque à hauteur de 670 millions de dollars et qui a renforcé le potentiel de croissance du commerce et de l'emploi en Éthiopie et au Kenya, en est un bon exemple.

Chauffeur routier kényan, Daniel Yatta, la quarantaine, transporte, depuis vingt-cinq ans, des marchandises entre Nairobi et Addis-Abeba. Assez longtemps pour mesurer l'impact de la nouvelle voie sur son activité. « J'emprunte la route Nairobi-Addis-Abeba depuis de nombreuses années. À l'époque, le trajet nous prenait plus de deux semaines », raconte-t-il. Avant de préciser à quel point le nouveau corridor lui a facilité la vie : « Depuis la construction de la route, nous passons très peu de jours à voyager. Avec 30 tonnes de fret, 24 heures suffisent pour aller à Addis! »

Améliorer la qualité de vie des Africains

Améliorer les conditions de vie des populations passe par un accès amélioré à des services essentiels tels que la santé, l'eau ou l'assainissement. C'est également leur permettre d'accéder à l'éducation et d'acquérir les compétences nécessaires pour occuper des emplois et créer des entreprises viables. Depuis 2015, grâce aux projets de la Banque, 43 millions de personnes ont désormais accès à l'eau et à l'assainissement.


Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).
Copyright 2020 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Application Web