Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Le plan angolais d'amélioration des performances de l'industrie pétrolière porte déjà  ses fruits en accélérant le développement durable du pétrole (Par NJ Ayuk)

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l'énergie (AEC)(www.EnergyChamber.org).

L'Angola est dans le secteur pétrolier depuis

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l'énergie (AEC)(www.EnergyChamber.org).

L'Angola est dans le secteur pétrolier depuis longtemps. Il a extrait ses premiers barils de pétrole brut au milieu des années 1950, lorsque les opérations de développement ont commencé à Benfica, un champ terrestre dans le bassin de Cuanza, et est devenu un acteur encore plus important après que les compagnies pétrolières internationales (IOC) ont commencé à faire des découvertes majeures dans la zone offshore à la fin des années 1960.

Depuis lors, le pays a gravi les échelons pour devenir l'un des plus grands producteurs de pétrole brut d'Afrique. Il arrive même qu'il soit en tête de liste des plus grands producteurs du continent. En août 2022, par exemple, il a dépassé le Nigeria et a atteint la première place pour la première fois depuis 2017. Bien que cette ascension ait été temporaire, l'Angola est redevenu le premier producteur du continent en mai de cette année. Même si le Nigéria le dépasse à nouveau, ces exemples illustrent la capacité de l'Angola à maintenir sa production à des niveaux significatifs.

Les défis de la production

Malgré cela, il convient de noter que le secteur pétrolier angolais est confronté à d'importants défis.

Les rendements en brut du pays ont culminé en 2008 à un peu moins de 2 millions de barils par jour (bpj) et se situent actuellement autour de 1,10-1,15 million de bpj. Le gouvernement a déclaré vouloir porter les niveaux de production à 1,3 million de bpj, mais cela ne sera pas nécessairement facile. En effet, le déclin de la production est de nature structurelle. En d'autres termes, il résulte en partie de l'arrivée à maturité de nombreux grands champs pétroliers offshore, en partie de l'incapacité des compagnies pétrolières internationales à lancer des projets de récupération assistée du pétrole (RAH) pour enrayer la tendance à la baisse, et en partie de l'insuffisance des investissements dans les capacités en amont. Il n'est pas facile d'inverser ces tendances, même si les autorités de Luanda ont fait des efforts pour attirer de nouveaux investisseurs et encourager l'exploration par des mesures telles que de nouveaux cycles d'octroi de licences.

Néanmoins, il serait erroné de penser que le déclin à long terme de la production de brut est le signe que l'industrie pétrolière angolaise est destinée à continuer à se réduire au point de devenir insignifiante. Le pays prend des mesures pour augmenter la production, non seulement pour porter les rendements à 1,3 million de bpj, mais aussi pour les stabiliser à ce niveau.

Diamantino Pedro Azevedo, ministre des ressources minérales, du pétrole et du gaz, a amené les dirigeants de l'ANPG et de la Sonangol à s'appuyer à la fois sur le pouvoir du gouvernement et sur celui de la communauté des affaires pour réaliser des changements qui n'ont que trop tardé. Ces efforts sont louables et je pense qu'ils seront couronnés de succès, d'autant plus que les sociétés pétrolières internationales travaillent avec la société pétrolière nationale (NOC), Sonangol, pour accélérer les nouveaux développements.

S'appuyer sur les infrastructures existantes

Dans un certain nombre de cas, cette collaboration s'est concentrée sur l'utilisation des infrastructures existantes pour rationaliser le développement. Je citerai deux exemples, à commencer par Azule Energy, une société créée l'année dernière par la société britannique BP et la société italienne Eni pour consolider leurs portefeuilles angolais.

Azule Energy est peut-être relativement nouvelle, mais elle a déjà fait ses preuves en matière de collaboration avec Sonangol pour faire avancer les opérations en amont. En effet, la coentreprise s'est concentrée spécifiquement sur la mise en service de nouvelles réserves le plus rapidement possible et a développé une stratégie pour y parvenir. Cette stratégie est connue sous le nom d'Infrastructure-Led Exploration (ILX), et Eni l'a décrite comme un moyen d'utiliser les raccordements sous-marins, qui relient les nouveaux gisements aux installations de production existantes aussi rapidement que possible. Cette approche accélérée permet de minimiser le temps d'attente des projets greenfield entre la découverte et le développement. Elle permet également de maximiser la durabilité, car la réduction des besoins en nouvelles constructions contribue à diminuer l'impact environnemental des opérations en amont.

Azule Energy a déjà remporté un certain nombre de succès grâce à l'ILX. Fin 2021 et début 2022, par exemple, elle a réussi à mettre en service trois nouvelles sections du bloc 15/06 en eaux très profondes en l'espace de sept mois seulement : Cuica, Cabaca et Ndungu. En outre, elle s'est mise en position d'augmenter rapidement sa production en employant une tactique d'«evaluation tout en produisant», c'est-à-dire en permettant que les puits d'évaluation soient utilisés pour le développement chaque fois que cela est possible, plutôt que de maintenir une distinction entre les deux types de puits. Dans le cas de Ndungu, cette tactique a connu un succès spectaculaire, puisqu'elle a permis à la société de découvrir des ressources supplémentaires et d'augmenter ses estimations de réserves pour le champ, qui sont passées du niveau initial de 250-300 millions de barils équivalent pétrole (bep) à 800 millions-1 milliard de bep.

ILX est en passe de remporter un nouveau succès au cours des prochaines années à Agogo. Ce champ, également situé dans le bloc 15/06, est la prochaine cible dans le pipeline de développement d'Azule Energy. Il devrait entrer en production en 2026 et l'entrepreneur de la société, l'Italien Saipem, a déjà commencé la construction d'un nouveau réseau de production sous-marin dans le cadre du projet de développement Early Phase 2. Ce nouveau réseau sera finalement connecté à un FPSO qui soutiendra un pôle de développement capable de supporter une production supplémentaire de 175 000 bpj.

Développement pétrolier accéléré

Azule Energy n'est pas la seule société pétrolière internationale à essayer d'augmenter la production aussi rapidement que possible en coopération avec Sonangol. La société française TotalEnergies a suivi une voie similaire en mettant l'accent sur des projets de développement à cycle court qui étendent son réseau de production sous-marin de manière à réduire l'impact en utilisant des raccords pour relier les nouveaux champs aux navires flottants de production, de stockage et de déchargement (FPSO) situés à proximité.

L'un de ces projets est CLOV Phase 3, qui vise les champs de Cravo, Lirio, Orquidea et Violeta dans le bloc 17. TotalEnergies a pris une décision finale d'investissement (FID) sur ce projet en juin 2022 et a déclaré à l'époque que CLOV Phase 3 devrait coûter 850 millions USD. L'entreprise a toutefois précisé qu'elle serait en mesure de réduire ses coûts de 20 % grâce à la décision d'utiliser des équipements standardisés pour mettre en place des réseaux de production.

La phase 3 de CLOV devrait être le premier projet angolais en amont à bénéficier de l'utilisation par TotalEnergies d'équipements sous-marins standardisés. Toutefois, la major française espère adopter la même approche pour les futurs projets de développement à court terme. En attendant, la phase 3 de CLOV devrait augmenter la production de pétrole de l'Angola de 30 000 bpj lorsqu'elle sera mise en service en 2024.

Objectifs à long terme

Ces brèves mentions ne donnent pas une vue d'ensemble, car elles n'éclairent pas toutes les voies empruntées par Sonangol pour intensifier la coopération avec ses partenaires étrangers. Mais elles offrent deux exemples du travail accompli par le pays pour contrer le déclin à long terme des niveaux de production pétrolière. Plus précisément, ils démontrent les gains qui peuvent être réalisés lorsque les parties prenantes s'efforcent de tirer le meilleur parti de ce qu'elles ont déjà.

Mais il ne s'agit pas seulement d'augmenter la production de brut et de maintenir à flot une industrie existante. L'Angola considère également le secteur pétrolier comme un véhicule capable de jeter les bases d'une éventuelle transition du pays vers les énergies renouvelables d'une manière qui maximise les avantages pour les citoyens. À cette fin, il s'efforce de tirer le maximum de revenus de l'exploitation de ses réserves pétrolières offshore, afin que les recettes puissent être utilisées pour développer l'économie du pays. Il s'efforce également de faire en sorte que les compagnies pétrolières internationales partagent la formation et la technologie, contribuant ainsi au développement d'une main-d'œuvre plus qualifiée et à l'expansion de la capacité locale à soutenir des projets complexes. En outre, elle s'efforce de réduire la pauvreté énergétique en construisant de nouvelles raffineries qui amélioreront l'accès local à des carburants de haute qualité.

Une fois de plus, l'AEC félicite l'Angola pour ces efforts. Nous sommes impatients de voir le pays accumuler d'autres succès dans les années à venir, en commençant par ses efforts pour augmenter la production de pétrole brut à 1,3 million de bpj et en réalisant finalement une transition énergétique juste et durable, dans laquelle les formes d'énergie renouvelables et à faible teneur en carbone sont à la fois abondantes et faciles d'accès.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2024 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Vente de billets en ligne