Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

La Centrafrique reste l'un des pays o๠les interventions humanitaires sont plus importantes au monde

La situation humanitaire en République centrafricaine n'a cessé de se détériorer depuis l'année 2017. Cette tendance s'est maintenue au cours du

La situation humanitaire en République centrafricaine n'a cessé de se détériorer depuis l'année 2017. Cette tendance s'est maintenue au cours du premier trimestre 2018, avec d'importantes vagues de nouveaux déplacements et des besoins humanitaires croissants.

Aujourd'hui, la communauté humanitaire doit répondre aux besoins critiques et urgents liés à l'émergence de nouveaux foyers de tension mais elle doit aussi couvrir ceux liés à des crises de plus longue durée. Toutefois, le niveau de financement actuel ne permet pas encore de couvrir les besoins existants. En outre, Il ne permet pas d'anticiper sur ceux qui risquent d'émerger eu égard à la recrudescence de la violence à travers le pays. Le Plan de réponse humanitaire d'un montant de 515,6 millions de dollars a été lancé en janvier 2018 mais à ce jour, il n'est financé qu'à hauteur de 9,4% alors qu'il prévoit d'apporter une assistance vitale à 1,9 millions de personnes.

Une chute importante dans les financements reçus est intervenue au moment où la situation se dégradait et les besoins humanitaires augmentaient davantage. Afin de sensibiliser les bailleurs de la Centrafrique à cette tendance inquiétante, le Coordonnateur humanitaire en République centrafricaine, Najat Rochdi, a tenu le 14 mai à Yaoundé, au Cameroun, une session d'information sur la situation qui prévaut dans le pays.

Najat Rochdi a saisi cette occasion pour remercier les bailleurs pour leur appui et leur présence auprès du peuple centrafricain. En 2017, les contributions à l'action humanitaire s'élevaient à 267 millions de dollars dont 202,5 millions de dollars versés directement au Plan de réponse humanitaire. D'autre part, les contributions au Fonds humanitaire ont permis en 2017 d'allouer 22,1 millions de dollars à la mise en œuvre projets de réponse d'urgence qui ont bénéficié à près d'un million de personnes. « Nous aurions été incapables de sauver autant de vie sans votre concours mais aujourd'hui nous avons besoin d'aller au-delà » a-t-elle souligné. « Mais, si au contraire rien n'est fait aujourd'hui, le pays risque de retomber dans une crise humanitaire sans précédent. La violence déployée par les groupes armés continuera alors à pousser un nombre croissant de civils à se réfugier dans des lieux de plus en plus reculés, de plus en plus inaccessibles aux humanitaires accroissant davantage encore le défi de l'accès aux plus vulnérables. » a ajouté Najat Rochdi. Aujourd'hui, pour un montant requis de 515,6 millions, le Plan n'est encore financé qu'à hauteur de 9,4% soit 48,6 millions de dollars.

Au cours du premier trimestre, le nombre de personnes déplacées est resté stable mais toujours très élevé. En mars 2018, il était de 687 398 ; bien au-delà du pic d'août 2015, au plus fort de la crise humanitaire. Le nombre des réfugiés est également resté important, 568 572 en mars 2018. Ceci signifie que plus d'1,2 millions de Centrafricains soit une personne sur quatre est toujours déplacée interne ou réfugiée dans les pays voisins. Comparé à la population totale, la Centrafrique est parmi l'un des pays au monde où les interventions humanitaires sont plus importantes.

Avec le Coordonnateur humanitaire et le ministre de l'Action humanitaire et de la Réconciliation nationale, Virginie Baïkoua, les Représentants en Centrafrique de l'OMS, Severin Von Xylander et du HCR, Pierre Atchom, ainsi que le Chef du Bureau d'OCHA en RCA, ont respectivement partagé avec les représentants des donateurs et de la communauté internationale un état des lieux détaillé des secteurs qu'ils couvrent.


Distribué par APO Group pour Office for Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA).
Copyright 2018 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Design de site Web