Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

L'accès au marché et la coopération libéreront des opportunités dans le secteur énergétique africain

Le secteur de l'énergie en Afrique est un catalyseur de la croissance et du développement sur tout le continent. L'industrie et les investisseurs

Le secteur de l'énergie en Afrique est un catalyseur de la croissance et du développement sur tout le continent. L'industrie et les investisseurs doivent se tenir au courant des avancées rapides du paysage énergétique africain.

La chambre africaine de l'énergie (AEC) (EnergyChamber.org) a publié la semaine dernière son premier rapport annuel sur les Perspectives énergétiques pour l'Afrique à l'horizon 2020 (Africa Energy Outlook 2020). Le rapport, conçu pour fournir des informations essentielles sur ce que l'industrie pétrolière et gazière de l'Afrique subsaharienne peut espérer voir l'année prochaine, constitue également un aperçu du rôle du secteur de l'énergie dans le développement d'économies africaines compétitives.

Bien que le secteur pétrolier et gazier du continent ait été fortement impacté par la chute du prix du pétrole, 2019 s'est avéré une année de reprise pour de nombreuses économies africaines. Alors que de nombreux travaux se poursuivent sur des projets précédemment arrêtés ou annulés, de nouveaux projets à grande échelle se développent alors que d'autres opérateurs travaillent de leur côté au renforcement de leurs activités d'exploration et de production. Le continent est donc sans aucun doute sur le point de connaître une croissance accélérée dans les années à venir.

Pour cela, dans les Perspectives énergétiques en Afrique pourn2020, la Chambre présente des économies et des projets clés destinés à transformer le paysage énergétique, plaçant le secteur au centre de la croissance économique. Dans les grandes lignes des projets et économies à surveiller en 2020, ces Perspectives mettent en exergue les projets pétroliers annoncés en Angola, au Ghana, au Sénégal et au Nigéria, ainsi que les projets gaziers annoncés en Afrique du Sud, en Mauritanie, au Congo, en Éthiopie et au Cameroun.

En ouvrant la prochaine phase de transformation du secteur, le rapport insiste sur le fait que l'accès au marché et la coopération intra-africaine seront essentiels, en particulier dans les projets de gazoducs et d'infrastructures.

«L'accès au marché est de plus en plus à l'ordre du jour des producteurs africains actuels et à venir de pétrole et de gaz, avec plusieurs oléoducs et gazoducs étant planifiés pour débloquer des milliards de dollars en développement des hydrocarbures», indique le rapport, qui note également qu'« il faut tirer des enseignements sur la manière de négocier des accords d'infrastructures transnationaux» et que«2020 montrera si les pays africains ont appris à mieux coopérer dans l'intérêt de tous ».

« L'année prochaine, nous devons continuer à progresser. Nous comprenons tous ce que nous avons entre les mains. Nous devons maintenant créer des environnements qui non seulement attireront les investisseurs, mais les conserveront à long terme», a déclaré NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l'énergie et PDG du Centurion Law Group. «Ce sera notre principal défi, assurer la sécurité et la stabilité politiques, des environnements favorables et des rendements attractifs.»

L'Africa Energy Outlook 2020 est maintenant disponible en téléchargement gratuit sur www.EnergyChamber.org


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.
Copyright 2019 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Création de site Web