Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Il est temps de créer des politiques de marché agressives qui stimulent la croissance économique

La Chambre africaine de l'énergie(https://EnergyChamber.org/) a plaidé pour l'amélioration des cadres réglementaires, le développement du contenu

La Chambre africaine de l'énergie(https://EnergyChamber.org/) a plaidé pour l'amélioration des cadres réglementaires, le développement du contenu local, l'autonomisation des femmes et la coopération transfrontalière lors de l'inauguration d'Africa Oil & Power au Cap cette semaine.

La conférence-exposition Africa Oil & Power, à laquelle assistent des centaines de hauts responsables gouvernementaux et de responsables de l'énergie de toute l'Afrique et du monde, cherche des solutions pour mettre l'énergie au services des Africains et des investisseurs. Elle a été ouverte par des personnalités du secteur telles que S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale, S.E. Mouhamadou Makhtar Cissé, ministre sénégalais du Pétrole et des Énergies, et Nj Ayuk, président de la Chambre africaine de l'énergie et PDG du Centurion Law Group.

Dans son allocution liminaire, le président de la Chambre africaine de l'énergie, Nj Ayuk, a abordé les principaux problèmes qui se posent à l'industrie, rappelant au continent qu'il a besoin et doit faire mieux pour fournir de l'énergie et des emplois à tous les Africains. « Nous sommes ici à l'AOP non seulement pour souligner les réussites, mais aussi pour avoir une conversation franche sur ce qu'il faut faire pour notre secteur et suivre une feuille de route pour une mise en œuvre réussie de solutions à des questions essentielles telles que la réglementation et les politiques de contenu local, l'autonomisation des femmes, le développement des infrastructures, la coopération transfrontalière et les cadres fiscaux », a déclaré Nj Ayuk.

Au sujet de la réglementation et de la création d'un environnement plus favorable pour les investisseurs et les entreprises, la Chambre africaine de l'énergie a insisté sur la nécessité de disposer de réglementations équitables et favorables aux industries locales tout en encourageant les investissements internationaux. « Regardez le Ghana », a déclaré Nj Ayuk. « Le pays a créé un cadre réglementaire pour le pétrole et le gaz à partir de rien et s'est construit une réputation de transparence et de sécurité réglementaire. Ses projets avancent et le Ghana est déjà un producteur africain sérieux. Les réglementations doivent être progressives. Il est donc essentiel de mettre en œuvre des réglementations qui jettent les bases du développement d'une industrie durable, axées sur le contenu local et créatrices d'emplois ».

«Quant au contenu local, regardez le Nigeria,» a-t-il ajouté. « Il a utilisé son pétrole et son gaz comme point de départ pour le développement économique global et la constitution de capacités nationales tout en offrant les opportunités propices à la création et à la croissance d'entreprises locales solides à travers la chaîne de valeur. »

Le message de la Chambre africaine de l'énergie était également un appel à l'autonomisation des femmes dans le secteur de l'énergie en Afrique. De la création de programmes d'éducation et de formation solides à la mise en œuvre de politiques progressistes sur le lieu de travail, la Chambre a plaidé en faveur de meilleures politiques offrant aux femmes des chances égales dans l'ensemble du secteur. « En ce qui concerne l'autonomisation des femmes, regardez l'Afrique du Sud, qui compte certaines des dirigeantes les plus importantes du secteur pétrolier et gazier africain », a déclaré Nj Ayuk. « La diversité changera notre industrie pour le meilleur et doit être une priorité.»

La Chambre africaine de l'énergie a clôturé ses remarques liminaires sur les questions de développement des infrastructures et de la coopération transfrontalière. Dans de nombreux cas, le manque d'infrastructures entrave gravement le développement économique et social, notamment le manque de routes, de pipelines, de ports et d'aéroports qui stoppent les activités d'exploration et de production et son un frein au développement. Pendant ce temps, la coopération transfrontalière est la clé pour libérer le potentiel du continent. « Sur la coopération transfrontalière, regardez le Sénégal et la Mauritanie », a déclaré Nj Ayuk. « Ils ont tous deux déjà montré à l'Afrique que mettre de côté ses différences et travailler à des projets de co-développement est bénéfique pour les économies africaines et leurs populations. Le projet GTA est un projet phare à cet égard et il aura un impact profond sur le développement socio-économique des deux pays. La principale étape pour encourager de telles collaborations et projets futurs consiste simplement à maintenir le dialogue ouvert.»


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.
Copyright 2019 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Web design