Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Le dialogue de l'Agence internationale de l'énergie avec l'Afrique doit àªtre inclusif pour une transition énergétique viable

La Chambre africaine de l'énergie (https://EnergyChamber.org/) prend note des initiatives récentes prises par l'Agence internationale de l'énergie

La Chambre africaine de l'énergie (https://EnergyChamber.org/) prend note des initiatives récentes prises par l'Agence internationale de l'énergie (IEA) pour soutenir la transition énergétique de l'Afrique et salue le leadership de l'IEA dans ce dialogue. De telles conversations font notamment écho à la récente déclaration de la Chambre l'importance des vies africaines, remettant en question le récent appel de l'OCDE et de l'IEA à éliminer progressivement les combustibles fossiles. Alors que la conversation sur la transition énergétique de l'Afrique se poursuit, la Chambre réitère son soutien à des dialogues inclusifs qui tiennent compte des réalités des économies africaines et de la pauvreté énergétique.

Malheureusement, la table ronde ministérielle africaine organisée cette semaine a mis de côté les principaux acteurs du secteur de l'énergie en Afrique, empêchant sa capacité d'être véritablement inclusive et d'avoir un impact sur le terrain. La transition énergétique de l'Afrique ne sera pas possible sans la participation des ministères et des sociétés pétrolières et gazières du continent.

La Chambre est convaincue que des institutions clés telles que l'Organisation africaine des producteurs pétroliers (APPO), dirigée par son secrétaire général, le Dr Farouk Ibrahim, doivent participer à ce dialogue, ainsi que des représentants des ministères du pétrole des pays producteurs tels que l'Algérie, le Nigéria,l'Angola, la Guinée équatoriale, la Libye, le Congo ou le Gabon et les principales compagnies pétrolières nationales telles que Sonatrach, GEPetrol, Gabon Oil, NNPC ou Sonangol. Le secteur privé africain n'a pas été invité alors que nous prenons note de l'invitation et de la participation des compagnies pétrolières internationales. Compte tenu de l'importance du secteur pétrolier et gazier pour plusieurs économies africaines, la Chambre doute de la pertinence d'un débat sur l'énergie qui les exclurait de cette même conversation.

« La pauvreté énergétique est aussi réelle que le changement climatique, et le débat mondial sur la transition énergétique en Afrique a tendance à oublier que des centaines de millions d'Africains n'ont pas accès à l'énergie et dépendent toujours du bois de chauffage ou de la biomasse pour cuisiner. Leurs besoins doivent être au centre du débat sur la transition énergétique, qui ne doit pas se faire au détriment d'une source d'énergie particulière », a déclaré Nj Ayuk, président de la Chambre africaine de l'énergie. « Cette génération d'Africains n'est pas attirée par l'aide étrangère et les dons qui ont entraîné une mauvaise gouvernance et une mauvaise gestion. Les Africains veulent des emplois, une énergie et un gaz durables qui stimulent le développement, ainsi que des économies de marché fortes. Afin d'accomplir une véritable transition énergétique africaine, les pays producteurs de pétrole, leurs sociétés pétrolières nationales, la société civile, les entrepreneurs africains et les sociétés de production indépendantes doivent avoir une place dans le débat actuel », a-t-il ajouté.

La Chambre africaine de l'énergie reste préoccupée par le fait que les conversations mondiales sur la transition énergétique de l'Afrique aboutiraient à un nouveau discours sur l'aide étrangère par lequel les parties prenantes et les investisseurs occidentaux pousseraient aveuglément un programme d'énergie renouvelable au détriment d'un développement axé sur le secteur privé local, propice à l'emploi et à l'entrepreneuriat. Alors que la Chambre soutient fermement des mix énergétiques diversifiés et souhaite voir des développements énergétiques plus propres à travers l'Afrique, les projets solaires et éoliens dépendent toujours des chaînes de valeur mondiales qui restreignent leur capacité à soutenir le développement de contenu local. En conséquence, la plupart des projets solaires et éoliens sur le continent continuent d'avoir une participation locale de moins de 50%. Ces questions doivent être au cœur du débat sur la transition énergétique afin que l'avenir plus propre de l'Afrique ne serve pas seulement les intérêts des grandes multinationales, mais se traduise également par le développement du secteur privé africain. Il est temps de mettre la voix des entreprises africaines au centre du débat.

Alors que l'Afrique cherche de nouvelles façons de se développer et de croître dans un monde post-Covid-19, souvenons-nous des paroles de Nelson Mandela : « Vaincre la pauvreté n'est pas un geste de charité. C'est un acte de justice. C'est la protection d'un droit humain fondamental, le droit à la dignité et à une vie décente. Alors que la pauvreté persiste, il n'y a pas de véritable liberté. Ne regardez pas dans l'autre sens ; n'hésitez pas. Reconnaissez que le monde a faim d'action, pas de mots. Agissez avec courage et vision. »


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2020 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Catalogue de produits