Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Perspectives économiques régionales de l'Afrique de l'Est 2023 : la croissance à  moyen terme de la région devrait àªtre la plus élevée du continent en 2023-2024

L'Afrique de l'Est enregistrera la performance économique régionale la plus élevée du continent en 2023 et 2024, avec des chiffres de croissance

L'Afrique de l'Est enregistrera la performance économique régionale la plus élevée du continent en 2023 et 2024, avec des chiffres de croissance supérieurs à 5%, selon le rapport Perspectives économiques de l'Afrique de l'Est 2023 de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) qui vient d'être publié.

Ce rapport, publié jeudi27juillet, prévoit une accélération de la croissance économique à moyen terme dans la région, qui devrait atteindre 5,1% en 2023 et 5,8% en 2024, dépassant ainsi toutes les autres régions africaines. Elle sera principalement tirée par la croissance du Rwanda, de l'Ouganda, de l'Éthiopie, du Kenya, de Djibouti et de la Tanzanie.

Selon le rapport, le PIB réel de l'Afrique de l'Est a été propulsé par son secteur des services, qui a contribué à près de la moitié de la croissance économique en 2022. Le secteur a contribué à hauteur de 2,0points de pourcentage à la croissance du PIB, soit moins que les 2,5points de pourcentage en moyenne sur la période2015-2021. Les attractions naturelles et culturelles de la région attirent des touristes du monde entier, ce qui crée une demande pour des services tels que l'hébergement, la restauration et les divertissements.

La région de l'Afrique de l'Est est toutefois confrontée à plusieurs risques extérieurs et intérieurs susceptibles d'affecter les perspectives économiques positives. Il s'agit notamment d'un ralentissement économique mondial, de la hausse des prix des matières premières, de la poursuite de la guerre que mène la Russie en Ukraine, des politiques commerciales internationales, du resserrement des conditions financières mondiales, de la dépréciation des taux de change et de la résurgence du Covid-19.

« Les risques intérieurs comprennent les lacunes en matière d'infrastructures, les conflits internes et l'instabilité politique, les déséquilibres macroéconomiques et les effets néfastes des changements climatiques », indique le rapport.

Le rapport annuel phare sur l'économie africaine de la Banque africaine de développement présente une évaluation des performances macroéconomiques récentes de la région. Le rapport examine également les projections à moyen terme et les risques qui pèsent sur les perspectives de croissance de la région, fournissant une analyse approfondie des questions d'actualité auxquelles la région est confrontée.

Le thème du rapport2023 est: « Mobiliser le financement du secteur privé pour le climat et la croissance verte ». Il examine les impératifs d'une transition verte pour l'Afrique et le rôle du financement du secteur privé. Il défend en outre l'idée que le capital naturel est une source essentielle de financement pour une croissance respectueuse du climat en Afrique de l'Est.

Bien qu'ils contribuent pour moins de 4% aux émissions mondiales totales de carbone, les pays africains sont confrontés à d'importants défis en matière de financement climatique pour répondre aux mesures d'atténuation et d'adaptation nécessaires pour lutter contre les effets des changements climatiques.

Le rapport souligne quatre défis communs auxquels sont confrontées les économies de la région, qui motivent la mise en place d'un programme de croissance verte fort et inclusif. Il s'agit notamment de la dépendance à l'égard de l'agriculture pour les moyens de subsistance, de la dépendance à l'égard des ressources naturelles, de la pénurie en énergie et en eau. Le rapport exhorte les pays d'Afrique de l'Est à adapter les trajectoires de croissance verte en exploitant des secteurs clés tels que les énergies renouvelables, l'agriculture et les infrastructures durables, ainsi que la sylviculture.

« En 2020, l'Afrique de l'Est n'a pu couvrir que 11% de ses besoins annuels de financement climatique, estimés à 67,2milliards de dollars, ce qui met en évidence l'importance du défi que représente le déficit de financement pour le climat et la croissance verte dans la région », a déclaré Nnenna Nwabufo, directrice générale pour l'Afrique de l'Est de la Banque africaine de développement, lors de l'événement de lancement en ligne, ajoutant: « Il est évident qu'au moins 50% du financement climatique devra provenir du secteur privé. »

MmeNwabufo a ajouté que la stimulation du financement du secteur privé pour le climat et la croissance verte en Afrique de l'Est nécessitera également une combinaison d'interventions politiques bien structurées. « À court et à moyen terme, il est nécessaire d'amplifier la participation du secteur privé aux initiatives de lutte contre les changements climatiques par le dialogue, afin de stimuler la mobilisation des ressources, entre autres interventions », a-t-elle indiqué.

L'économiste en chef et vice-président de la Banque, Kevin Chika Urama, a appelé à la mise en place de réglementations, d'incitations et de soutiens à la préparation de projets appropriés, ainsi qu'au développement de marchés de capitaux solides qui pourraient faciliter l'entrée et la sortie d'investisseurs nationaux et internationaux.

« Il faudra recourir davantage au financement mixte, déployer des mécanismes de réduction des risques à grande échelle et développer des plateformes permettant au secteur privé d'investir dans un portefeuille de projets verts plutôt que dans des projets individuels, afin de diversifier et de gérer les risques », a déclaré M.Urama.

Le secrétaire d'État kényan au Trésor national et à la planification économique, Njuguna Ndung'u, qui a prononcé l'allocution principale lors du lancement du rapport, a appelé les gouvernements régionaux à travailler avec les partenaires au développement et à respecter leurs engagements afin d'accélérer le rythme de la transformation dans une région criblée de dettes. « Le fardeau croissant de la dette freine le potentiel de croissance de nos pays, augmentant ainsi les taux de pauvreté et les inégalités », a-t-il déclaré.

Marcellin Ndong Ntah, économiste en chef du Bureau régional pour l'Afrique de l'Est, a noté que la région continuera d'afficher les taux d'inflation les plus élevés d'Afrique à moyen terme, en raison de la situation de la dette, des chocs mondiaux et des conflits internes, ajoutant néanmoins que la pression inflationniste s'atténue lentement.

« Les vulnérabilités liées à la dette resteront également élevées en Afrique de l'Est, la dépréciation du taux de change et les déficits primaires élevés exacerbant les risques pour la viabilité », a déclaréM. Ndong Ntah, citant le Burundi, les Comores, Djibouti, l'Éthiopie, le Kenya et le Soudan du Sud comme pays présentant un risque élevé d'endettement.

Edward Sennoga, un autre économiste en chef du Bureau régional de l'Afrique de l'Est, a déclaré que la région est dotée d'un capital naturel qui n'a pas encore été exploité. « La région est bien placée pour poursuivre ses ambitions en matière de climat et de croissance verte, compte tenu de la taille de son marché, de la jeunesse de sa population qui pourrait doubler d'ici 2050, de son potentiel en matière de technologies vertes et de ses importantes ressources naturelles ».

« La région est bien placée pour poursuivre ses ambitions en matière de climat et de croissance verte.

La région peut tirer parti de nombreux atouts. elle offre d'importantes opportunités dans les secteurs de la croissance verte, notamment l'agriculture, l'énergie, les TIC, les transports et l'économie bleue.

Ce sont des opportunités d'investissement qui peuvent contribuer à combler les déficits de financement pour le climat et la croissance verte », a déclaré M.Sennoga.

Parmi les autres intervenants ayant participé à la présentation du rapport figurait le ministre éthiopien de la Planification et du Développement, Sandokan Debebe, qui a également réitéré l'importance de placer le secteur privé à l'avant-garde du financement de la lutte contre les changements climatiques, conformément aux recommandations politiques des Perspectives économiques de l'Afrique de l'Est 2023.

Rose Ngugi, directrice exécutive de l'Institut kényan pour la recherche et l'analyse des politiques publiques, et Mary Ngelela Maganga, secrétaire permanente du Bureau du vice-président du gouvernement tanzanien, ont également participé au lancement.

Pour plus d'information, consulter le rapport: cliquez ici: https://apo-opa.info/3Kp97Hv


Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).

Contact médias:
Joyce Mulama,
Département de la communication et des relations extérieures,
Banque africaine de développement ;
courriel: media@afdb.org

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement:
Le Groupe de la Banque africaine de développement est la principale institution de financement du développement en Afrique. Il comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). Représentée dans 41 pays africains, avec un bureau extérieur au Japon, la Banque contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 États membres régionaux. Pour plus d'informations: www.AfDB.org

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2024 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Vente en ligne