Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

La justice se rend auprès de la population à  Bourem, un exemple de partenariat pour le retour de la stabilité

En décembre 2021, trois audiences foraines avaient eu lieu à Bourem (région de Gao). La MINUSMA à travers sa Force et ses piliers civils, avait

En décembre 2021, trois audiences foraines avaient eu lieu à Bourem (région de Gao). La MINUSMA à travers sa Force et ses piliers civils, avait transporté et pris en charge la sécurité du Juge de paix à compétence étendue dans sa juridiction qui, pour des raisons de sécurité, ne siège pas sur place mais à Gao. De nombreux habitants avaient ainsi bénéficié de services judiciaires. Comme tous les ans au mois de mai les Nations unies célèbre ses Casques bleus. En 2022, le thème retenu est «Le partenariat, clé du progrès». Une occasion de revenir sur ce déplacement qui participait à la restauration de l'autorité de l'Etat, un aspect important du Mandat de la Mission des Nations unies au Mali.

Après celles du mois de mars 2021, c'était la deuxième fois cette année-là que la MINUSMA soutenait la tenue d'audiences foraines dans la localité, par le juge de Bourem, Abdoul Karim BENGALY. Les 7 et 9 décembre 2021, le juge avait ainsi pu tenir des audiences dites foraines, deux au civil et une troisième au pénal. Il avait également sensibilisé la population aux cotés des agents de la MINUSMA, sur l'accès à la justice, les missions et limites des autorités traditionnelles dans la distribution de la justice, ainsi que sur les violences faites aux femmes. « Sans justice, on ne peut pas parler d'Etat et cela est une politique de l'Etat pour qu'on puisse venir rendre le droit dans les zones en crise, lorsque les justiciables sont incapables de se rendre dans les juridictions délocalisées. C'est important pour les justiciables de venir entendre le droit être dit auprès d'eux. Je suis venu par la route pour me rendre compte des difficultés que rencontrent la population, obligée de se déplacer jusqu'à Gao pour avoir accès à la justice » avait déclaré le juge de Bourem. Le Juge avait dressé un bilan satisfaisant de ces audiences. «On a pris des dossiers correctionnels et civils. Ça a été tranché et puis les verdicts ont été rendus sur le siège et, des affaires civiles ont également été rendues sur le siège. On a aussi enchaîné sur l'activité de renforcement des capacités de la justice, notamment sur la collaboration et les rapports entre les autorités coutumières religieuses et le Juge de paix à compétence étendue». Par ailleurs, des services plus simples, mais non moins importants, avaient pu être rendus aux justiciables de la localité par leur juge. «Il s'agit notamment de la signature d'une cinquantaine de registres, des jugements supplétifs ainsi que des certificats de nationalité, ce qui a allégé la peine des habitants obligés de venir à Gao pour faire signer ces actes, » expliquait M. BENGALY.

Pour lui, ces audiences n'auraient pas pu avoir lieu sans l'appui de la MINUSMA. Cet appui avait également été salué par le Préfet du cercle de Bourem, Ibrahima ONGOIBA: «S'il faut déplacer les citoyens de Bourem jusqu'à Gao pour les jugements, c'est vraiment pénible pour les populations, pour les justiciables. Ici c'est Bourem, le Chef-lieu du cercle et nous sommes à 95 kilomètres de Gao mais, nous avons des arrondissements situés entre ici et Tombouctou et les habitants passent par là pour aller à Gao et répondre aux convocations du juge vous vous imaginez… Le fait que le juge vienne ici, vraiment on ne demande pas mieux. Qu'il revienne s'installer ici définitivement, c'est notre vœu le plus ardent mais, dans le cas contraire, le fait que la MINUSMA l'accompagne ici pour tenir les audiences foraines, vraiment on s'en réjouit, on en est fier,» concluait le préfet.

C'était la deuxième fois au cours de l'année 2021 que la MINUSMA accompagnait le Juge dans sa juridiction. Selon Issa THIOUNE de la MINUSMA à Gao, « la Mission est en train de travailler à soutenir les autorités maliennes pour appuyer la restauration de l'autorité de l'Etat et l'état de droit, parce que ce sont des gages d'une stabilité sociale et d'une paix continue durable. Comme on le dit: une bonne justice est aussi une justice proche du justiciable».


Distribué par APO Group pour United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA).

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2022 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Application Web