Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

A l'approche des réunions de l'Opep, La Chambre africaine de l'énergie appelle à  l'extension et au respect des réductions de production

Alors que l'Opep se prépare à accueillir la 179e réunion de la Conférence de l'Opep et la 11e réunion ministérielle de l'Opep et non-Opep par

Alors que l'Opep se prépare à accueillir la 179e réunion de la Conférence de l'Opep et la 11e réunion ministérielle de l'Opep et non-Opep par vidéoconférence la semaine prochaine, la Chambre africaine de l'énergie (http://EnergyChamber.org/) appelle les producteurs africains à prolonger les réductions de production et à respecter leurs obligations.

L'accord historique conclu par l'Opep et l'Opep + en avril dernier, qui est entré en vigueur il y a un mois, commence lentement à prendre effet. Parallèlement à la réouverture progressive des économies mondiales, les baisses de production rééquilibrent les prix vers la barre des 40 $ / baril beaucoup plus rapidement que prévu. C'est une indication claire que la stratégie de l'Opep et son accord mondial fonctionnent, et le même esprit de coopération industrielle qui a soutenu l'accord d'avril 2019 doit rester en place.

«Ce n'est pas le moment de se détendre ou de se réjouir trop tôt, et nous devons maintenir un solide respect de l'accord précédemment convenu d'avril 2019 et étendre les réductions de production», a déclaré Nj Ayuk, président de la Chambre africaine de l'énergie. « Les pays producteurs africains ont toujours joué un rôle clé en veillant à ce que la coalition de l'Opep parvienne à des accords bénéfiques pour les producteurs et les consommateurs et nous appelons toutes les parties prenantes à rester unies autour des intérêts à court et à long terme du marché. »

Plus important encore, l'extension des réductions de production et le respect strict des règles permettront aux économies africaines de se stabiliser. La crise a mis un terme à des projets pétroliers et gaziers à travers le continent et compromis des milliers d'emplois africains. Entre janvier et mai 2020, le nombre d'appareils de forage en Afrique, en constante augmentation au cours des trois dernières années, a soudainement chuté de 46% alors que les activités de forage étaient suspendues ou annulées. Une extension des réductions de production fournira le type d'opportunités économiques dont les producteurs de pétrole africains ont besoin pour récupérer.

Avec un environnement de prix plus stable, le Nigéria peut espérer un appel d'offres réussi pour ses champs marginaux, l'Angola peut reprendre le forage de puits d'exploration clés et réaliser sa campagne d'exploration qui est en cours depuis deux ans, et le Soudan du Sud peut poursuivre sa marche régulière vers la paix et la sécurité. Pendant ce temps, les plus petits producteurs comme le Congo, le Gabon ou la Guinée équatoriale peuvent avoir une chance de regagner le terrain qu'ils ont perdu.

« L'extension des réductions de production et la garantie de conformité sont conformes à l'Agenda énergétique de bon sens de la Chambre africaine de l'énergie et minimiseront l'impact de la crise économique actuelle. Plus important encore, il s'agit de veiller à préserver les emplois des Africains et à donner à notre industrie une chance de se rétablir », a conclu Nj Ayuk.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.
Copyright 2020 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Catalogue de produits en ligne