Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Le secteur de l'énergie rend hommage au président namibien Hage Geingob pour avoir posé les jalons d'une industrie énergétique prospère

Peu après l'annonce de découvertes massives d'hydrocarbures en Namibie en 2022 - les premières découvertes importantes dans ce pays - le président

Peu après l'annonce de découvertes massives d'hydrocarbures en Namibie en 2022 - les premières découvertes importantes dans ce pays - le président namibien Hage Gottfried Geingob affichait un optimisme prudent. Il comprenait les avantages économiques et de sécurité énergétique que le pétrole et le gaz pouvaient apporter, mais il reconnaissait également qu'ils n'étaient pas garantis. C'est aux dirigeants de la Namibie qu'il incombe de veiller à ce que les Namibiens profitent de ces avantages.

Le président n'a pas hésité à relever le défi. Sous la direction de Geingob, la Namibie a acquis une réputation de bonne gouvernance, ce qui a contribué à la poursuite des investissements et de l'exploration depuis les découvertes de 2022. Le pays s'est également engagé à utiliser une partie de ses ressources en gaz naturel pour répondre aux besoins nationaux, ce qui renforcera la sécurité énergétique de la Namibie et ouvrira la voie à la croissance économique et à l'industrialisation.

Dans le même temps, la Namibie a mis en place un secteur de l'hydrogène vert qui permettra de créer encore plus d'emplois, d'opportunités commerciales et d'accès à l'électricité pour les Namibiens.

Ce sont quelques-unes des raisons pour lesquelles le conseil d'administration de la Chambre africaine de l'énergie (AEC) a choisi Geingob pour recevoir notre prix 2023 Lifetime Achievement Award en octobre prochain lors de l'African Energy Week 2023 au Cap.

Ce prix récompense les dirigeants africains qui ont pris des mesures audacieuses pour améliorer le développement socio-économique et le bien-être des Africains en accélérant la croissance du secteur de l'énergie sur notre continent.

Le président Geingob, sans aucun doute, correspond à cette description.

Dévouement au service

M. Geingob est président de la Namibie depuis mars 2015. Il est également le président du parti au pouvoir en Namibie, la SWAPO (Organisation du peuple du Sud-Ouest africain), qui s'est constituée en tant que mouvement de libération en 1960, lorsque la Namibie (alors connue sous le nom de Sud-Ouest africain) était sous l'administration de l'Afrique du Sud.

Geingob a reçu sa première éducation à Otavi avant de fréquenter l'Augustineum College, où il a terminé sa formation d'enseignant en 1961. Il est titulaire d'une licence de l'université Fordham, d'une maîtrise en relations internationales de la New School for Social Research de New York et d'un doctorat de l'université de Leeds.

En 1964, Geingob a été le représentant de la SWAPO aux Nations unies et aux Amériques. Il a ensuite été le directeur fondateur de l'Institut des Nations unies pour la Namibie, un organisme éducatif créé par le Conseil des Nations unies pour la Namibie en 1976. Plus tard, Geingob a été élu président de l'assemblée constituante chargée de rédiger la constitution namibienne.

Geingob est devenu le premier Premier ministre de la Namibie en 1990, lorsque le pays a obtenu son indépendance de l'Afrique du Sud, et a exercé ses fonctions jusqu'en 2002. En 2007 et 2012, il a été nommé vice-président de la SWAPO. Il a également été ministre du commerce et de l'industrie de la Namibie. En 2012, Geingob a été réélu au poste de premier ministre, qu'il a occupé jusqu'en 2015.

Lors de sa candidature à la présidence, il a obtenu plus de 86 % des voix, signe tangible du respect et de la confiance qu'il a gagnés auprès de ses concitoyens namibiens.

L'énergie en Namibie : Ne rien laisser au hasard

Ce qui distingue la Namibie des autres États africains dotés de ressources pétrolières, c'est la rapidité avec laquelle le pays est passé d'une activité pétrolière et gazière minime à un point d'exploration majeur.

Avant les récentes découvertes, seuls une quinzaine de puits avaient été forés et aucun d'entre eux n'avait produit de quantités commerciales de pétrole ou de gaz.

Puis, entre 2022 et 2023, cinq découvertes majeures en mer ont été annoncées. Il s'agit de Venus-1X dans le PEL 56, réalisé par TotalEnergies EP Namibia et ses associés, ainsi que de Graff-1, Jonker-1X, La Rona-1 et Lesedi-1X dans le PEL 39, réalisés conjointement par Shell Namibia Upstream BV et ses collaborateurs.

La situation stratégique de la Namibie sur la côte sud-ouest de l'Afrique et le volume des découvertes - au moins 11 milliards de barils de pétrole léger et pas moins de 8,7 billions de pieds cubes (TCF) de gaz naturel - ont certainement contribué à l'immense intérêt que l'exploration namibienne a suscité par la suite.

Mais, là encore, rien ne garantissait que tout se passerait bien après les découvertes. Il y avait toujours le risque que les négociations et le développement des projets s'enlisent, que la bureaucratie ou des expériences négatives érodent l'intérêt des compagnies pétrolières pour la poursuite de l'exploration, ou que la Namibie ne parvienne pas à tirer pleinement parti de ses ressources nouvellement découvertes.

M. Geingob a adopté une approche proactive pour éviter ces écueils, augmentant ainsi considérablement la probabilité de résultats positifs pour son pays et son peuple. En fait, l'une des premières choses qu'il a faites après les découvertes a été de s'entretenir avec d'autres États africains producteurs de pétrole et de gaz dans l'espoir de tirer des enseignements de leur expérience.

Autre point important, la Namibie s'est fixée comme priorité d'offrir un régime fiscal et un cadre juridique favorables aux entreprises. Dans sa déclaration de 2022 sur le climat d'investissement en Namibie, le département d'État américain note que la Namibie est connue pour maintenir un climat d'investissement positif qui comprend la stabilité politique, un système judiciaire indépendant, la protection des droits de propriété et des droits contractuels, une bonne infrastructure de télécommunications et une infrastructure de transport en expansion.

«J'ajouterais qu'en se concentrant sur une politique axée sur le marché, des partenariats avec des acteurs régionaux et mondiaux, et un engagement en faveur du contenu local et de la valorisation, la Namibie et son président ont démontré un engagement inébranlable à tirer parti des ressources énergétiques du pays pour la croissance économique et un avenir durable pour la région.» a déclaré NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l'énergie.

Ces efforts ont porté leurs fruits. La Namibie a attiré d'importants investisseurs internationaux tels que ReconAfrica, Chevron, ExxonMobil, Woodside et Galp, entre autres.

M. Geingob a annoncé en mars que les investissements directs étrangers (IDE) en Namibie devraient atteindre 2,5 milliards de nairas (environ 133,1 millions d'USD) cette année. Le pays a enregistré 13,2 milliards de nairas (703,1 millions de dollars) d'investissements directs étrangers au cours des neuf premiers mois de 2022, a ajouté le président.

Geingob doit également être félicité pour l'agenda de la Namibie en matière de gaz naturel. Il reconnaît que le gaz naturel peut aider les pays africains à éradiquer la pauvreté énergétique grâce à des projets de conversion du gaz en électricité et qu'il peut être monétisé pour contribuer à la construction d'infrastructures et à la croissance de l'économie. La Namibie fait des progrès considérables dans ces domaines. Les projets du pays concernant le champ gazier offshore de Kudo, dans le sous-bassin nord de l'Orange, en sont un exemple. La Namibie prévoit d'y construire une plateforme flottante et un gazoduc pour acheminer le gaz du champ de Kudu jusqu'à la baie d'Elizabeth, où elle construira une centrale au gaz capable de produire jusqu'à 420 mégawatts (NW) pour les Namibiens et d'approvisionner les marchés régionaux.

Nous sommes également heureux de constater que la Namibie a lancé un fonds souverain pour aider à combler le déficit de financement des infrastructures du pays. Le fonds a été lancé avec 262 millions de nairas (16,3 USD) en 2022. Il est prévu que la Namibie investisse 2,5 % des redevances provenant de toutes les ressources minérales vendues, ainsi que les recettes fiscales et l'argent provenant des désinvestissements de ses participations.

Une superstar de l'énergie verte

Les efforts déployés par la Namibie pour développer son secteur des énergies renouvelables sont tout aussi impressionnants.

Ces dernières années, le pays s'est efforcé d'exploiter son énergie solaire et éolienne pour produire de l'hydrogène vert, généré à partir de sources d'énergie renouvelables, et se positionner comme un centre d'énergie verte.

Comme nous l'avons dit par le passé, plusieurs pays africains, dont l'Afrique du Sud, la Mauritanie et l'Égypte, tirent parti des avantages de l'hydrogène vert. La Namibie se distingue par l'importance qu'elle accorde à la collaboration mondiale : Le pays travaille en étroite collaboration avec des partenaires allemands pour stimuler son secteur de l'hydrogène vert et débloquer des opportunités d'accès à l'énergie et d'industrialisation.

Non seulement la monétisation de l'énergie renouvelable par l'hydrogène vert peut fournir un accès régional à l'énergie, mais elle contribuera également à une croissance socio-économique plus large en Afrique.

Le projet d'hydrogène vert de la Namibie, d'une valeur de 10 milliards d'USD, est également prometteur. Il devrait générer deux millions de tonnes d'ammoniac vert par an pour les marchés régionaux et mondiaux une fois qu'il sera opérationnel à la fin de cette décennie. Au début de cette année, la Namibie a conclu un accord de faisabilité et de mise en œuvre avec le fournisseur d'énergie verte Hyphen Hydrogen Energy pour faire avancer le projet. Le projet exploitera environ 3 GW d'électrolyseurs alimentés par 7 GW de sources d'énergie renouvelables.

Le président Geingob a également donné le coup d'envoi de plusieurs projets pilotes d'hydrogène vert.

Comme nous l'avons indiqué au début du mois, lorsque nous avons annoncé que M. Geingob serait l'orateur principal de l'African Energy Week, la Namibie est un exemple brillant de ce qui peut être réalisé grâce à un leadership visionnaire et à un engagement en faveur du développement durable. Sous la direction du président Geingob, le secteur de l'énergie de la Namibie est devenu un modèle d'opportunité, attirant des investissements importants et favorisant l'innovation.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2024 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Catalogue de produits en ligne