Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

La FIFA salue la décision de la Conseil de l'Association internationale de football (IFAB) concernant les remplacements permanents pour commotion

Mattias Grafström, Secrétaire Général par intérim de la FIFA (www.FIFA.com) et président du conseil d'administration de l'IFAB salue une "décision

Mattias Grafström, Secrétaire Général par intérim de la FIFA (www.FIFA.com) et président du conseil d'administration de l'IFAB salue une "décision d'importance capitale" ; La FIFA va lancer une campagne de sensibilisation aux symptômes de commotions ; D'autres modifications aux Lois du Jeu ont été apportées lors de la 138e Assemblée Générale annuelle.

Sur la base de nombreuses recherches médicales et dans un souci de préserver le bien-être des joueurs, l'IFAB a décidé, au cours de sa 138e Assemblée Générale annuelle, d'intégrer aux Lois du Jeu le remplacement permanent pour commotion.

"Nous n'avons pas peur d'assumer nos responsabilités et nous souhaitons prendre des décisions éclairées en nous appuyant sur les études en la matière et les consultations menées auprès du corps médical," a déclaré Mattias Grafström, Secrétaire Général de la FIFA par intérim, à la suite de l'événement, qui s'est tenu à Loch Lomond (Écosse). "C'est dans cet esprit que nous avons décidé aujourd'hui d'ajouter des remplacements permanents pour commotion, qui représentent un progrès considérable," a ajouté le président du conseil d'administration de l'IFAB fraîchement nommé.

La FIFA a également confirmé le lancement d'une campagne mondiale de sensibilisation aux symptômes de commotion et aux mesures de protection à adopter. Elle a également annoncé qu'elle continuerait à investir pour développer le savoir-faire médical en la matière.

"S'il y a le moindre doute sur la capacité d'un joueur à poursuivre le match parce qu'on suspecte une commotion, alors celui-ci doit être remplacé et examiné en bonne et due forme," a déclaré Noel Mooney, directeur général de la Fédération Galloise de Football. "Les études montrent qu'il n'est pas possible, dans le temps imparti, de procéder à ces examens sans remplacer définitivement le joueur. La protection des joueurs doit être prioritaire sur tout le reste."

Et d'ajouter : "Pourquoi courir le risque de laisser une victime potentielle de commotion reprendre le match pour la seule raison qu'il est impossible de déterminer à coup sûr, en l'examinant sur le bord du terrain, s'il s'agit bien d'une commotion ? En réalité, la décision est simple : s'il y a le moindre doute concernant la sécurité du joueur, celui-ci doit être remplacé."

Cette décision sera intégrée à la nouvelle édition des Lois du Jeu, qui entrera en vigueur le 1er juillet 2024.


Distribué par APO Group pour FIFA.

Contact pour lesmédiasAfricains :
AfricanMedia@fifa.org

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2024 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Panier d'achats