Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Jane Connors plaide pour une prise en charge ''digne'' des victimes des violences abus et exploitation sexuelle (Par Emmanuel Elameji)

La défenseure des droits des victimes (VRA) des Nations-Unies, Jane Connors, a conclu sa visite de travail en République démocratique du Congo, du 21

La défenseure des droits des victimes (VRA) des Nations-Unies, Jane Connors, a conclu sa visite de travail en République démocratique du Congo, du 21 au 29 novembre 2019,par la province du Sud-Kivu, après Kinshasa et Goma.

A l'étape du Sud-Kivu, Jane Connors a visité l'hôpital de Panzi, à Bukavu, où des victimes des violences sexuelles sont prises en charge par le Dr Denis Mukwege, lauréat du Prix Nobel de la Paix.Ici, Jane Connors a indiqué que les victimes des abus sexuels et des actes atroces qui ont endeuillé l'Est de la République Démocratique du Congo, méritent un traitement digne et ceci pour permettre leur réinsertion dans la communauté.

''Les victimes des violences et abus sexuels commis par les agents des Nations Unies doivent être encadrées et les prises en charge suivies de façon efficiente et sans retard», a-t-elle plaidé.Sa Mission, a-t-elle indiqué, consiste à ''remettre la confiance en ces victimes et de s'assurer que les soins appropries sont donnes à leurs enfants.

Même s'il est évident que l'hôpital de Panzi n'accueille pas en ce moment des victimes des abus et exploitations sexuelles causées par les agents de l'ONU, Jane Connors a, cependant, pris la peine d'échanger avec les membres du personnel soignant.Pour elle et au regard de la rigueur du suivi des soins, «il est impérieux que d'autres centres transfèrent les victimes des violences et exploitation sexuelles dans ce centre hospitalier pour une prise en charge correcte».

Aux Organisations non gouvernementales qui interviennent dans le domaine de la défense des droits des victimes qu'elle a rencontrées à Bukavu, Jane Connors a réitéré la nécessité d'échanges de techniques de prise en charge des victimes des actes sexuels qu'ils soient du staff onusien ou des civils et militaires congolais. Elle a réitéré le même message lorsqu'elle a visité un réseau communautaire de lutte contre les exploitations et abus sexuels communément appelé CBCN (Comunauty Based, Complening Network), à Kavumu dans le territoire de Kabare.

Ailleurs, dans un autre centre, les femmes sont encadrées et apprennent différents métiers qui les rendent quelque peu autonomes et capables de subvenir à leurs besoins. Certaines des femmes ont confié à Jane Connors qu'elles étaient à mesure de s'auto-financer grâce à cette expertise. Les femmes et les filles ont révélé que grâce à cette prise en charge, qu'elles ne fréquentent plus les camps de la MONUSCO à la recherche de la nourriture,« ce qui les exposait à des actes sexuels avec les Casques bleus », s'est confiée une d'entre elles.

Dans l'un ou l'autre des deux centres visités, les cas des enfants issus de l'union des femmes de la communauté locale avec les fonctionnaires des Nations Unies ont le plus retenu l'attention de Jane Connors qui a promis que ces enfants doivent être pris en charge pour leur éducation, mais aussi leurs mamans avec un support financier convenable pour une meilleure prise en charge des enfants.

Jane Connors a été nommée à la Fonction de Défenseur des droits des Victimes de l'ONU le 23 août 2017. Son rôle consiste à veiller à ce que les droits et la dignité des victimes soient au premier plan des efforts des Nations Unies dans la lutte contre l'exploitation et des atteintes sexuelles perpétrées par des membres du personnel des Nations Unies.


Distribué par APO Group pour Mission de l'Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (MONUSCO).
Copyright 2019 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Web design