Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

#KWIBUKA25 : La Banque africaine de développement commémore la 25e commémoration du génocide contre les Tutsis au Rwanda

C'est avec des poèmes, des vidéos et un témoignage poignant d'un ancien procureur général du Tribunal pénal international des Nations unies pour le

C'est avec des poèmes, des vidéos et un témoignage poignant d'un ancien procureur général du Tribunal pénal international des Nations unies pour le Rwanda (TPIR) que la Banque africaine de développement (www.AfDB.org), en collaboration avec l'Ambassade du Rwanda et la communauté rwandaise en Côte d'Ivoire, a commémoré le 25eanniversaire du génocide contre les Tutsis au Rwanda, sur le thème «Se souvenir – S'unir – Se renouveler».

Étaient présents pour l'évènement, organisé le jeudi 11 Avril, le ministre des Ressources animales et halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani, représentant le Premier ministre et chef du gouvernement de Côte d'Ivoire; l'ambassadeur du Rwanda en Côte d'Ivoire, Stanislas Kamanzi; et Oley Dibba-Wadda, la directrice du département du Capital humain, de la jeunesse et du développement des compétences à la Banque africaine de développement, qui représentait Akinwumi A. Adesina, président du Groupe de la Banque; ainsi que les membres du corps diplomatique et la communauté rwandaise en Côte d'Ivoire.

Quantité de bougies avaient été allumées pour l'occasion.

Ousman Jammeh a confié que, pour avoir travaillé pour le TPIR, il pouvait témoigner du courage et de la résilience des survivants du génocide. Il a également souligné le rôle des médias, qui ont incité à la haine et nourri les divisions. Avant d'appeler les Africains à tirer les leçons de cette tragédie.

La commémoration du génocide contre les Tutsis au Rwanda est l'occasion de se souvenir et d'honorer le million de vies perdues en l'espace de trois mois, en 1994. Au Rwanda comme dans le monde entier, la commémoration du génocide est un moment de réflexion sur le passé et un temps pour renouveler un engagement: «plus jamais ça».

Ce Génocide reste «une profonde cicatrice sur la conscience de l'humanité», aisniq ue l'a déclaré Mme Oley Dibba-Wadda, s'exprimant au nom du président Adesina. Elle a exprimé sa solidarité avec le peuple rwandais en ce temps de commémoration et a célébré le courage et le sacrifice des ceux qui ont risqué leur vie pour sauver des personnes en danger.

Mme Dibba-Wadda a également salué la résilience et la détermination du peuple rwandais, en particulier de la jeunesse rwandaise, dont le dynamisme et le sens des responsabilités façonnent déjà l'avenir du pays. Elle a conclu en réaffirmant l'engagement de la Banque africaine de développement à poursuivre son partenariat avec le Rwanda.

Dans son allocution, le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, représentant du Premier ministre de Côte d'Ivoire Amadou Gon Coulibaly, a déclaré que le génocide contre les Tutsis au Rwanda rappelle à l'Afrique et au monde les conséquences dramatiques des politiques fondées sur la haine, le communautarisme et toute autre forme de divisionnisme. Il a souligné l'importance d'éduquer les jeunes Africains et de leur donner les outils nécessaires pour rejeter d'emblée toute idéologie du génocide et préserver l'unité.

«C'est pourquoi, dans le cadre de formation de nos jeunes dans nos établissements scolaires, il nous semble opportun d'envisager d'intégrer dans leur programme une introduction à l'histoire des génocides, afin de mieux les préparer contre les risques et les dangers de ce poison qui menace la survie même de l'humanité », a ajouté le ministre Adjoumani.

Président de la communauté rwandaise en Côte d'Ivoire, Pacifique Kayihura a souligné que les progrès réalisés au Rwanda au cours des 25 dernières années en matière d'unité, de justice, de réconciliation et de développement démontrent qu'aucun pays n'est voué à l'échec, et que la force réside dans l'unité. Il a également appelé à ne pas rester indifférent face à l'impunité et à la souffrance d'autrui.

Pour conclure, l'ambassadeur Stanislas Kamanzi a remercié le gouvernement ivoirien et la Banque africaine de développement pour leur solidarité en ces temps de commémoration. Et d'affirmer que ces 25 dernières années, malgré la perte de leur proches, les Rwandais ne se sont pas laissés aller au désespoir. Bien au contraire: «le Rwanda s'est plutôt lancé un défi de renaissance [...] pour une société inclusive, équitable, digne et prospère».

#Kwibuka25

Revoir l'événement en photos:https://flic.kr/s/aHsmbuuXuB


Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).

Contact:
Jennifer Patterson
Chargée de communication principale
Banque africaine de développement
j.patterson@afdb.org

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement:
Le Groupe de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) est la principale institution de financement du développement en Afrique. Il comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). Représentée dans 41 pays africains, avec un bureau extérieur au Japon, la Banque contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 États membres régionaux. Pour plus d'informations:www.AfDB.org

Copyright 2019 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Hébergeur Web