Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

L'avenir prometteur de Diarra

Pour Diarra, 25 ans, l'entrée dans la salle d'opération de l'Africa Mercy® était le moment qu'elle attendait depuis plus de dix ans! Pendant près de

Pour Diarra, 25 ans, l'entrée dans la salle d'opération de l'Africa Mercy® était le moment qu'elle attendait depuis plus de dix ans! Pendant près de la moitié de sa vie, elle a vécu avec une tumeur au visage dont elle n'arrivait pas à guérir.

"Je me sens tellement légère dans mon cœur", s'est-elle exclamée quand elle a su qu'elle allait être opérée. "J'ai consulté de nombreux médecins, mais aucun n'a réussi à me guérir."

Elle ne se souvient pas du moment exact où la tumeur a commencé à se développer. Son souvenir le plus récent remonte à l'adolescence: un mal de dents avait provoqué une petite bosse qui n'a cessé de grossir.

Les parents de Diarra l'ont emmenée dans plusieurs hôpitaux. Chaque visite était une étape difficile, accentuée par leurs maigres revenus de petits exploitants agricoles. Les frais médicaux étaient conséquents, les obligeant à choisir entre la guérison de leur fille et s'occuper de leurs autres enfants. Finalement, ils ont cessé de chercher une solution pour Diarra.

Les jours se sont transformés en années, et la tumeur était toujours là. "Je suis très affectée, il y a beaucoup d'activités que j'aimerais faire, mais je ne peux pas", déclarait Diarra.

Des années plus tard, Diarra a rencontré et épousé son mari. Elle savait alors que son état nécessitait une intervention chirurgicale, mais le couple était confronté aux mêmes difficultés financières que ses parents.

"J'avais presque abandonné", dit-elle, se résignant à vivre avec sa tumeur.

"Je dois être en bonne santé pour m'occuper de ma fille"

Lorsqu'elle a donné naissance à sa fille, Diarra débordait de joie. Devenir mère avait été son rêve. Pourtant, une ombre planait au-dessus de cette allégresse. "Je dois être en bonne santé pour m'occuper d'elle", se disait-elle.

Le désir de guérir est devenu irrésistible et urgent.

En 2021, Diarra a entendu à la radio que Mercy Ships, une organisation humanitaire internationale exploitant des navires-hôpitaux, revenait à Dakar. "L'annonce disait qu'ils offriraient des chirurgies gratuites aux personnes atteintes de tumeurs comme moi", raconte-t-elle. Cette nouvelle a fait jaillir une lueur d'espoir à laquelle Diarra s'est accrochée avec une détermination inébranlable.

Les rendez-vous préopératoires ont révélé que Diarra souffrait d'une tumeur rare, non cancéreuse, qui s'était développée dans les cellules formant le revêtement protecteur de l'émail de ses dents. Sans intervention chirurgicale, ces tumeurs continuent de croître et peuvent bloquer les voies respiratoires, empêchant de respirer et de manger. Le Dr Josh Wiedermann, chirurgien américain bénévole chez Mercy Ships, a expliqué que dans les pays à revenus plus élevés, de tels cas pouvaient être détectés à un stade précoce lors d'examens dentaires de routine.

Avant sa première opération, Diarra s'était isolée pour se protéger du regard des curieux. "Je voulais avoir un commerce, mais je ne pouvais pas aller au marché parce que les gens me dévisageaient", se souvient-elle. Mais après sa guérison, Diarra s'est pleinement épanouie. Libérée de sa tumeur, elle aspire à se lancer dans l'aventure de l'entrepreneuriat. Le poids de l'isolement et de la peur a disparu.

Plus important encore que sa liberté, elle peut désormais envisager un avenir sain auprès de sa fille.


Distribué par APO Group pour Mercy Ships.

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2024 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Logiciel de billetterie et d'abonnements en ligne