Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

La Banque africaine de développement lance un projet de recherche sur le classement et la certification de la qualité des céréales au Ghana

La Banque africaine de développement (www.AfDB.org/) a lancé en octobre dernier à Accra, une initiative triennale de recherche et de vulgarisation au

La Banque africaine de développement (www.AfDB.org/) a lancé en octobre dernier à Accra, une initiative triennale de recherche et de vulgarisation au Ghana, afin de renforcer le développement de la chaîne de valeur céréalière du pays.

Le projet de classement et de certification de la qualité des céréales est mis en œuvre par la Division impact microéconomique, institutionnel et sur le développement de la Banque africaine de développement, en partenariat avec l'École d'agriculture de l'université du Ghana.

Le projet examine si le classement et la certification appropriés des céréales dans les pays d'Afrique subsaharienne pourraient être mis à profit pour promouvoir les investissements dans l'amélioration de la qualité des céréales afin d'accroître la consommation locale d'aliments sains et sûrs, et d'ouvrir des débouchés pour l'exportation de céréales sur les marchés mondiaux.

La nécessité d'établir des règles, des classes et des normes de qualité, ainsi qu'une certification sur les marchés céréaliers africains est essentielle pour régir et favoriser les transactions céréalières nationales et régionales dans la nouvelle ère de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), et pour accélérer la mise en place d'une bourse des matières premières.

Ce projet explore donc les points suivants:

Si le classement et la certification de la qualité des grains au niveau des petits exploitants et du marché augmentent de manière significative les investissements dans l'amélioration de la qualité des grains, améliorent l'accès aux marchés haut de gamme et engendrent une majoration de prix pour les grains de haute qualité.

S'il existe des arguments économiques en faveur de la fourniture de services de classement et de certification des grains par des tiers indépendants.

Le lancement du projet en octobre a réuni les principaux acteurs de la chaîne de valeur céréalière au Ghana, notamment des universitaires, des praticiens du développement, des agences gouvernementales, des organisations non gouvernementales, des agriculteurs, des agrégateurs et des transformateurs locaux, entre autres.

Dans son allocution d'ouverture, le vice-ministre ghanéen de l'Alimentation et de l'Agriculture, M.Yaw Frimpong Addo, a déclaré que le gouvernement s'engageait à faire respecter les règles, les classes et les normes de qualité sur les marchés céréaliers du Ghana afin de garantir la sécurité des aliments et de promouvoir les échanges de produits de base dans le pays et sur les marchés céréaliers régionaux.

Il a indiqué que le Ghana avait adopté en 2022 une politique nationale de contrôle de l'aflatoxine dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux, dans le but de préserver la santé humaine, de protéger la santé animale et d'accroître les revenus des agriculteurs, de l'industrie alimentaire et des participants à la chaîne de valeur.

L'Autorité ghanéenne de normalisation («Ghana Standards Authority») et d'autres parties prenantes ont déjà élaboré diverses normes pour certaines céréales afin de promouvoir un classement adéquat. Ce projet devrait contribuer à l'application des normes et à la réalisation de nouveaux progrès, a ajouté le ministre.

Charles Yaw Okyere, membre de l'équipe du projet à l'université du Ghana, a souligné que la question de la sécurité et de la qualité des aliments devait être prise au sérieux pour protéger les consommateurs. Il a exprimé son inquiétude quant aux niveaux élevés d'aflatoxines dans les céréales trouvées sur les marchés à travers le Ghana.

Francis H. Kemeze, chef de projet et économiste de recherche principal à la Banque africaine de développement, a déclaré que la promotion de la qualité des céréales sur les marchés africains était une priorité de la Banque. L'Afrique perd chaque année jusqu'à 670millions de dollars de recettes commerciales en raison de la seule contamination par l'aflatoxine, a-t-il déclaré, ajoutant que les niveaux d'aflatoxine dans 40% des produits alimentaires commercialisés sur les marchés intérieurs africains dépassent les niveaux tolérables.

Les entreprises de transformation qui pourraient acheter des céréales telles que le maïs en grande quantité auprès des agriculteurs locaux recourent plutôt à l'importation, « en raison des exigences réglementaires strictes en matière de sécurité des aliments en aval qu'elles ne sont pas en mesure de respecter lorsqu'elles s'approvisionnent localement », a souligné M.Kemeze.

Cela constitue une opportunité manquée pour les agriculteurs locaux et pour l'économie locale, car si les acheteurs étaient assurés de la qualité, ils seraient prêts à payer un prix plus élevé pour des céréales de haute qualité, a-t-il ajouté.

Le projet a reçu le soutien financier du Fonds de coopération économique Corée-Afrique (KOAFEC). L'équipe du projet prévoit de collaborer avec la Ghana Standards Authority (GSA), la Ghana Commodities Exchange (GCX), le Ghana Grains Council (GGC) et d'autres institutions de la chaîne de valeur céréalière au Ghana.

L'objectif est de générer plusieurs résultats positifs, notamment: (i) autonomiser les petits exploitants dans les négociations de marché, leur permettant d'obtenir un prix supérieur pour des céréales de meilleure qualité ; et (ii) encourager l'adoption de technologies qui augmentent la production et la résilience des céréales convenant à une transformation à haute valeur ajoutée et à l'exportation.

En outre, l'équipe de recherche renforcera les capacités de divers acteurs de la chaîne de valeur céréalière au Ghana à travers un vaste programme de sensibilisation.


Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).

Contact média:
Département de la communication et des relations extérieures,
media@afdb.org

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement :
Groupe de la Banque africaine de développement est la principale institution du financement du développement en Afrique. Il comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). Représentée dans 41 pays africains, avec un bureau extérieur au Japon, la Banque contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 Etats membres régionaux. Pour plus d'informations: www.AfDB.org

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2024 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
Pense Web - Création de site Web