Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Au Tchad, la Banque africaine de développement contribue à  améliorer l'accès à  l'eau potable et à  l'assainissement pour près d'un million de personnes

L'accès à l'eau potable et à un système d'assainissement efficient au Tchad demeure un véritable enjeu. Pour soutenir le pays, la Banque africaine de

L'accès à l'eau potable et à un système d'assainissement efficient au Tchad demeure un véritable enjeu. Pour soutenir le pays, la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) a contribué au financement d'un projet au profit de plus de 950000 bénéficiaires.

À l'initiative du gouvernement tchadien, la Banque a financé un projet d'approvisionnement en eau potable et d'assainissement de huit centres secondaires et zones rurales environnantes. Il a été signé le 4 octobre 2012 pour s'achever, selon le protocole, le 30 juin 2019.

Le projet, d'un coût global estimé à 35 millions de dollars américains (22,58 millions d'unités de compte), a été financé par le Fonds africain de développement, le fonds fiduciaire RWSSI et des contributions du gouvernement et des bénéficiaires. Il a permis à quatre régions du pays de bénéficier d'eau potable et de systèmes d'assainissement, à Tandjilé, Mayo-Kebbi est, Mayo-Kebbi ouest et Mandoul. En 2017, les taux d'accès à l'eau potable devait grimper à 60%, contre 32% en 2011, et à 30% pour l'assainissement, contre 11% en 2011. Le taux moyen de prévalence des maladies hydriques devait passer de 23% à 16% sur la période.

Le projet a bénéficié à quelque 802300 personnes (environ 30% de la population de la zone du projet) en 2017, notamment pour l'eau potable, et environ 154000 personnes pour l'assainissement amélioré. Ainsi, le taux moyen de prévalence des maladies liées à l'eau et à l'assainissement a baissé de 23% en 2010 à 16% en 2017. En outre, le projet a permis la création de 800 emplois temporaires durant sa réalisation et environ 474 emplois permanents, dont 52% pourvus par des femmes, après son achèvement.

Les municipalités, les Comités de gestion de points d'eau (CGPE), les Associations des usagers d'eau (AUE) et la Cellule de conseils et d'appui à la gestion (CCAG), bénéficient d'un renforcement de capacités en matière de planification et de maîtrise d'ouvrage. Le secteur privé a bénéficié du projet par la fourniture de biens et services et sa participation aux travaux,.

Sur le plan sanitaire, ce projet a surtout réduit la prolifération des maladies d'origine hydrique observées dans les régions ciblées, due notamment à la consommation des eaux polluées, le rejet des eaux usées et des déchets solides. Il s'inscrit dans la stratégie gouvernementale visant à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), le DSPAR 2010-2014 et le Plan d'action 2010-2014 du gouvernement, issu du Plan directeur eau et assainissement (WSMP 2003-2020).

Le projet intervient également dans le prolongement du Programme d'approvisionnement en eau potable et d'assainissement en milieu rural (PNEAR). Il a été conçu à la suite d'études financées par la Banque africaine de développement sur quinze centres secondaires.


Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2020 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Panier d'achat