Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

L'industrie pétrolière et les ministres des Finances et des Hydrocarbures débattent du secours et du rebond de l'industrie pétrolière en Guinée équatoriale

La Guinée équatoriale a organisé le webinaire 'Open for Business'; le président de la Chambre africaine de l'énergie, NJ Ayuk et Leoncio Amada Nze,

La Guinée équatoriale a organisé le webinaire 'Open for Business'; le président de la Chambre africaine de l'énergie, NJ Ayuk et Leoncio Amada Nze, président de la Chambre pour la région CEMAC, ont rejoint le ministre des Mines et des Hydrocarbures de Guinée équatoriale, S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima et S.E. Cesar A. Mba Abogo, ministre des Finances, de l'Économie et de la Planification pour discuter de la pandémie de COVID-19 et des impacts sur les prix du pétrole; les panélistes ont convenu que la diversification économique est la meilleure solution en Guinée équatoriale pour assurer la stabilité; le ministère des Mines et des Hydrocarbures révisera la réglementation pétrolière avec des incitations afin d'attirer de nouveaux investissements étrangers; Guinée équatoriale va développer des indices pour partager les informations sur les développements dans le pays.

Jeudi, la Chambre africaine de l'énergie a rejoint S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures (MMH) de Guinée équatoriale et S.E. Cesar A. Mba Abogo, ministre des Finances, de l'Économie et de la Planification dans le webinaire Open for Business sur la Guinée équatoriale.

Centré sur le sujet «Analyse du spectre du pétrole et du gaz de la Guinée équatoriale et des effets du COVID-19», le panel a abordé des sujets tels que : l'avenir de l'industrie pétrolière et gazière de la Guinée équatoriale (EG), l'avancement de l'économie du pays, le développement de son secteur aval, les politiques de contenu local et la création d'emplois, la diversification économique, les réglementations fiscales, les incitations fiscales et la création d'indices d'information.

S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima a partagé les objectifs du MMH visant à accroître l'exploration et à faire progresser le secteur du raffinage et de la transformation locale comme moyen de commercialiser la chaîne de valeur, d'encourager la participation locale et de stimuler l'esprit d'entreprise.

En accord avec cela, le ministre Mba Abogo a noté que parce que la Guinée équatoriale est fortement tributaire du pétrole, elle a été placée dans une position compromettante en raison de la guerre des prix et du COVID-19. Il a expliqué que, afin d'assurer la stabilité et d'éviter des impacts durables sur la croissance économique, le pays devait diversifier son économie et s'intéresser à des secteurs tels que le tourisme, l'agriculture et les mines – un sentiment partagé par Leoncio Amada Nze, président de la région CEMAC à la Chambre africaine de l'énergie qui a déclaré que «le pétrole présente un avantage économique et devrait ouvrir des possibilités de diversification économique. »

Faire progresser l'économie de la Guinée équatoriale au cours des 20 prochaines années

Afin de se positionner comme un pôle d'investissement régional et international, la Guinée équatoriale a lancé la campagne Année de l'investissement (Year of Investment, ou YoI) 2020. L'initiative YoI vise un milliard de dollars d'investissements étrangers directs destinés à diversifier le secteur énergétique du pays, à stimuler l'esprit d'entreprise, à générer des profits pour les investisseurs et à créer des emplois.

Encourageant le pays à continuer sur cette voie ambitieuse vers la croissance et le développement malgré l'environnement économique actuel, le président de la Chambre africaine de l'énergie, NJ Ayuk, a souligné l'importance de la participation locale pour parvenir à une croissance plus longue et durable.

« Nous devons revenir à l'essentiel, nous devons investir dans l'éducation. En développant ces compétences, nous sommes plus susceptibles d'obtenir non seulement des investisseurs pour pénétrer nos marchés, mais aussi, nous pouvons inciter les entreprises à rester », a déclaré Ayuk. En accord avec cela, le ministre Mba Abogo a déclaré : «Les opportunités présentées par nos aspirations n'ont aucun sens si nos populations n'en bénéficient pas.»

Impacts de la guerre des prix sur l'Afrique

Avec de nombreux pays africains producteurs de pétrole ayant prévu un budget et un prix du pétrole d'au moins $50, les économies pétrolières du continent devraient être durement touchées. Lorsqu'on lui a demandé quels étaient les impacts du bas prix du pétrole et de la pandémie de COVID-19, le ministre Obiang Lima a déclaré que le MMH travaillait activement pour s'assurer qu'il poursuivait ses projets et initiatives, déclarant que « l'impact [du bas prix du pétrole et la pandémie de COVID-19] sera plus difficile pour les nouveaux producteurs, en particulier parce que beaucoup d'entre eux avaient des projets en préparation, » tout en se référant à la longue histoire de la Guinée équatoriale dans l'industrie pétrolière comme source de confort dans la gestion de la crise.

Activité continue

Pour attirer de nouvelles entreprises sur le marché équato-guinéen, le ministre Mba Abogo a déclaré que la facilité de faire des affaires est essentielle. Et, en s'adaptant à l'état actuel de l'économie mondiale et en poussant les opérations commerciales à continuer, il a déclaré que la Guinée équatoriale devait faire preuve de créativité dans ses approches de ses finances et tirer les leçons des autres pays africains.

«Le pétrole a été notre bénédiction dans la diversité de la Guinée équatoriale et nous devons l'utiliser pour bâtir un avenir prospère», a-t-il déclaré.

Offrir des incitations

En accordant des incitations fiscales et réglementaires aux entreprises nouvelles et continues, le ministre Obiang Lima a déclaré que la Guinée équatoriale allait modifier sa réglementation pétrolière, publier un décret ministériel pour améliorer l'efficacité de son industrie et un nouveau règlement d'exploitation minière dans quelques semaines.

Au-delà de la réglementation, le ministre Mba Abogo a noté que le pays a un problème d'image négative qui fait obstacle à attirer de nouvelles entreprises. À cet égard, le ministre a révélé que le ministère des Finances, de l'Économie et de la Planification compilerait un indice des entreprises et un rapport sur la facilité de faire des affaires qui suivraient la croissance et le développement du pays.

La Chambre africaine de l'énergie est heureuse d'avoir participé au webinaire et se félicite des plans du ministère des Mines et des Hydrocarbures et du ministère des Finances, de l'Économie et de la Planification comme une voie constructive pour faire en sorte que le pays ne connaisse pas de revers, en particulier maintenant qu'il est prêt à promouvoir une croissance durable.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.
Copyright 2020 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Design web responsive