Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Communiqué conjoint : Un partenariat conclu entre l'Europe et l'Afrique fait progresser le développement d'un médicament antipaludique de nouvelle generation

Le partenariat entre l'Europe et les pays en voie de développement pour les essais cliniques (EDCTP) (www.EDCTP.org) accorde un financement de 10

Le partenariat entre l'Europe et les pays en voie de développement pour les essais cliniques (EDCTP) (www.EDCTP.org) accorde un financement de 10 millions d'euros sur cinq ans pour le projet « WANECAM 2 », une collaboration unique entre les chercheurs sur les médicaments antipaludiques d'Afrique et d'Europe, originaires de dix établissements universitaires, une société pharmaceutique (Novartis), et un partenariat à but non-lucratif dont l'objectif est de favoriser le développement de nouveaux médicaments (Medicines for Malaria Venture) ; cette subvention va soutenir les essais cliniques en Afrique sur une nouvelle combinaison antipaludique, KAF156 (ganaplacide) et luméfantrine, à prise unique quotidienne. Le composé KAF156 a démontré qu'il avait le potentiel de traiter le paludisme résistant et pouvait être administré sous la forme d'une dose unique ; la subvention contribuera également à construire et renforcer les capacités de recherche dans les quatre pays participants : Burkina Faso, Gabon, Mali et Niger.

Le partenariat entre l'Europe et les pays en voie de développement pour les essais cliniques (EDCTP) a accordé un nouveau financement de 10 millions d'euros sur cinq ans visant à soutenir les essais cliniques en phase finale portant sur une combinaison de médicaments antipaludiques de nouvelle génération comprenant le composé KAF156 (ganaplacide). Ces essais seront réalisés dans quatre pays d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale : Burkina Faso, Gabon, Mali et Niger.

Dirigées par le consortium WANECAM (Réseau d'Afrique de l'Ouest pour les essais cliniques sur les médicaments antipaludiques), dix organisations universitaires [1] basées en Afrique et en Europe collaboreront avec l'organisme à but non-lucratif Medicines for Malaria Venture (MMV) et la société pharmaceutique Novartis pour développer son composé KAF156 en combinaison avec une nouvelle formulation de luméfantrine. L'objectif est de faire progresser le développement d'une nouvelle thérapie antipaludique indispensable, tout en renforçant les capacités de développement d'essais cliniques en Afrique.

Les partenariats globaux ont réalisé des avancées non-négligeables dans le domaine du contrôle du paludisme au cours des 20 dernières années, cependant le rythme de progression a récemment connu un ralentissement [2]. Un récent sondage auprès de spécialistes africains du paludisme [3] a révélé leur grande inquiétude à propos de la résistance à certaines normes actuelles de traitement par excellence - les combinaisons thérapeutiques à base d'artémisinine (ACT) - en Asie, et à propos de la probabilité que cette résistance puisse se propager à l'Afrique, soulignant ainsi le besoin urgent de médicaments antipaludiques novateurs faciles à administrer.

Le Professeur Abdoulaye Djimdé, chercheur principal, deL'Université des Sciences,des Techniques et desTechnologies deBamako,et coordinateur du groupe WANECAM, a déclaré : « Nous accueillons favorablement le soutien généreux de l'EDCTP et sommes reconnaissants de son engagement à long terme en faveur du développement clinique en Afrique – et plus particulièrement de leur soutien à la recherche clinique dans les maladies sévères comme le paludisme. Ce soutien est vital pour accélérer le développement de ce nouveau composé indispensable. La collaboration africaine avec un groupe d'experts internationaux dans le cadre de ce programme peut permettre de garantir que les essais soient achevés rapidement et conformément à des normes de qualité supérieures. Etant donné l'existence d'informations selon lesquelles il existe une résistance à l'artémisinine et aux combinaisons thérapeutiques à base d'artémisinine (ACT), il est essentiel de disposer de nouveaux médicaments antipaludiques prêts à être utilisés ».

KAF156 [4], le nouveau composé antipaludique qui va être étudié, pourrait être la première nouvelle classe de composé chimique permettant de traiter le paludisme aigu d'ici à une vingtaine d'années. Il pourrait être administré en combinaison avec la nouvelle formulation de luméfantrine, en dose unique. Cette combinaison est actuellement en phase finale d'essai clinique dans 17 centres de neuf pays d'Afrique et d'Asie. Développée par Novartis, avec un soutien scientifique et financier de MMV (en collaboration avec la Fondation Bill et Melinda Gates), cette combinaison est l'un des sept antipaludiques en phase finale à être développé par MMV dans le cadre de plusieurs partenariats. La subvention de l'EDCTP permettra de financer deux essais cliniques portant sur KAF156 en combinaison avec une nouvelle formulation de luméfantrine, et inclura une étude d'efficacité sur les enfants, groupe risquant davantage de décéder du paludisme. En cas de succès, les résultats de ces essais permettront de soutenir de futures demandes d'enregistrement du médicament auprès des autorités réglementaires.

Le financement de l'EDCTP soutiendra également les efforts menés pour renforcer l'infrastructure de la recherche clinique au Niger, ainsi que les capacités existantes de recherche clinique sur tous les autres sites impliqués. Ces efforts comprendront l'échange d'expériences et de meilleures pratiques entre les sites et les centres universitaires européens, ainsi qu'avec Novartis et MMV.

Le Dr. Michael Makanga, directeur exécutif de l'EDCTP, a déclaré : « Nous sommes très heureux d'élargir la coalition d'organisations financées par l'EDCTP et ses partenaires pour développer une stratégie thérapeutique antipaludique. En impliquant le secteur privé et des partenariats de développement de produits à but non lucratif, nous avons élargi notre réseau d'expertise. Grâce à l'implication de tous les secteurs, nous sommes en mesure de bâtir des partenariats plus solides qui nous permettront de vaincre le paludisme ».

En 2017, la mortalité liée au paludisme avait diminué de plus de moitié en Afrique sub-saharienne, par rapport au début du siècle, grâce à une meilleure prévention, principalement par l'utilisation de moustiquaires et un traitement amélioré basé sur des ACT. Cependant, cette même année, plus de 400000 personnes sont décédées pour des raisons liées au paludisme, principalement de jeunes enfants âgés de moins de cinq ans. Le plus récent Rapport Mondial sur le Paludisme 2018 a confirmé une stagnation des progrès réalisés dans le cadre de la lutte contre le paludisme, pour la deuxième année consécutive.

En savoir plus:
http://bit.ly/2KGFLYI
http://bit.ly/2UYvaMB

[1] La liste complète des partenaires figure dans l'annexe.

[2] https://www.who.int/malaria/publications/world-malaria-report-2018/en/

[3] https://www.novartis.com/news/media-library/malaria-futures-for-africa-report

[4] KAF156 (ganaplacide) est l'aboutissement d'un programme de recherche conjoint, instauré entre Wellcome Trust, MMV et Singapore Economic Development, avec le Novartis Institute for Tropical Diseases, la Genomics Institute of the Novartis Research Foundation et le Swiss Tropical and Public Health Institute.


Distribué par APO Group pour European & Developing Countries Clinical Trials Partnership (EDCTP).

La liste complète des partenaires figure dans l'annexe:
http://bit.ly/2DgzZqy
http://bit.ly/2GdJveV

KAF156 (ganaplacide) est l'aboutissement d'un programme de recherche conjoint, instauré entre Wellcome Trust, MMV et Singapore Economic Development, avec le Novartis Institute for Tropical Diseases, la Genomics Institute of the Novartis Research Foundation et le Swiss Tropical and Public Health Institute.

Informations relatives aux essais devant être financés:

La subvention accordée par l'EDCTP (www.EDCTP.org) permettra de financer deux essais portant sur KAF156 en association avec une nouvelle formulation de luméfantrine :

- Un essai de phase 2B en 3 cohortes d'enfants âgés de 6 mois à 12 ans, les plus jeunes présentant un risque plus élevé de décéder de la maladie.
- Un essai de phase 3 chez des adultes et des enfants âgés de plus de 6 mois

Le recrutement en vue du premier essai devrait commencer début 2020.

Annexe – liste des organisations-partenaires financées par l'EDCTP, sites Web et citations.

Medicines for Malaria Venture, Genève, Suisse :
Dr David Reddy, PDG de MMV : « Le paludisme continue de tuer un nombre intolérable de personnes chaque année et la communauté du paludisme continue de rechercher des méthodes novatrices afin de résoudre ce fléau. La nouvelle combinaison pharmaceutique, incluant KAF 156, est un médicament antipaludique de nouvelle génération potentiel très prometteur qui pourrait contribuer à simplifier le traitement et contrer la résistance aux médicaments. Nous accueillons favorablement le soutien essentiel de l'EDCTP pour tester KAF 156 et décider si ce composé est capable de concrétiser sa promesse ».
www.MMV.org

Novartis, Bâle, Suisse :
Dr David Hughes, responsable international sénior des programmes anti-infectieux chez Novartis : « Nous apprécions sincèrement cette décision prévoyante de la part de l'EDCTP qui nous permet d'instaurer une collaboration novatrice entre les secteurs public et privé visant à encourager à la fois le développement du KAF 156 et à renforcer les capacités des sites africains participants à mener des essais cliniques de qualité ».
http://bit.ly/2UDJjQc

L'Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako, Mali :
Professeur Alassane Dicko, MRTC/USTTB : « Au Centre de recherche et de formation sur le Paludisme, nous restons déterminés à trouver des moyens de prévenir et de traiter le paludisme, notamment en Afrique sub-saharienne, région qui concentre 90 % du fardeau de cette maladie. C'est un honneur pour MRTC de coordonner ce réseau unique et important de partenariats publics et privés entre des institutions européennes et africaines et Novartis, généreusement financés par l'EDCTP dans l'optique du développement du KAF156 ».
www.USTTB.edu.ml/

Groupe de Recherche Action en Santé, Burkina Faso :
Dr Sodiomon B. Sirima, directeur scientifique chez GRAS : « En tant qu'institut de recherche privé pionnier basé en Afrique, c'est un privilège et une fierté pour GRAS de prendre part à l'initiative Nord-Sud financée par l'EDCTP qui vise à développer un médicament antipaludique prometteur de nouvelle génération ».
www.GRAS.bf

Karolinska Institutet, Stockholm, Suède :
Professeur Anders Björkman : "Pour nous, le projet WANECAM 2 est une initiative de partenariat de recherche Afrique-Europe unique qui vise à répondre à l'une des menaces de santé globales les plus préoccupantes, le paludisme résistant aux médicaments ».
http://bit.ly/2De1eSK

London School of Hygiene and Tropical Medicine, Londres, Royaume-Uni :
Colin Sutherland, Professeur de Parasitologie chez LSHTM: « Il n'y a rien de plus urgent que la poursuite des efforts visant à apporter de nouveaux médicaments antipaludiques aux cliniques et pharmacies africaines. Nous sommes impatients de collaborer avec ce réseau de scientifiques, médecins et spécialistes experts en développement de médicaments afin de tester cette nouvelle formulation importante du KAF 156 plus luméfantrine ».
www.LSHTM.ac.uk/

Université de Lyon, Lyon, France :
Professeur Stéphane Picot, responsable de l'unité de recherche sur le paludisme : « Nos partenaires universitaires originaires de pays non-endémiques sont particulièrement dédiés à la formation et au soutien, conjointement à l'EDCTP, aux activités d'essais cliniques des principaux acteurs africains pour la lutte contre le paludisme, dans le cadre des projets WANECAM 1 et 2. Ce nouveau partenariat concrétise une nouvelle étape vers l'instauration d'un réseau collaboratif de longue durée ».
www.ICBMS.fr

Eberhard Karls Universität, Tübingen, Allemagne :
Professeur Steffen Borrmann, Université de Tübingen : « Nous sommes très heureux de participer au consortium WANECAM 2. La combination de KAF156 plus luméfantrine peut atteindre l'objectif recherché de longue date dans la recherche sur les maladies infectieuses : un remède à dose unique contre le paludisme multirésistant ».
www.Medizin.uni-Tuebingen.de

Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger :
M. Eric Adehossi, Université Abdou Moumouni : « Le paludisme demeure la principale cause de morbidité, de mortalité et d'absentéisme scolaire au Niger. L'objectif actuel de la lutte contre le paludisme au Niger est de renverser la tendance en termes d'incidence du paludisme et de mettre un terme à sa transmission, dans l'optique de son élimination complète d'ici 2025. La lutte contre le paludisme consiste en la détection précoce des cas et la mise en place d'un traitement efficace. La résistance des parasites aux médicaments antipaludiques rend critique le développement de nouvelles combinaisons thérapeutiques. La nouvelle combinaison incluant KAF156 pourrait représenter un outil essentiel de lutte contre cette pathologie, qu'il convient d'inclure dans l'arsenal thérapeutique. Cette étude nous permettra également d'intégrer un groupe de recherche et de renforcer nos capacités dans le domaine de la recherche clinique ».

Institut des Sciences et Techniques, Bobo-Dioulasso, Burkina Faso :
Professeur Jean Bosco Ouedraogo, Institut des Sciences et Techniques, Bobo-Dioulasso, Burkina Faso : « La combinaison de KAF156 plus luméfantrine représente un médicament prometteur pour contrôler le paludisme ; cet essai contribuera à améliorer les capacités des sites africains WANECAM 2 et de renforcer la collaboration Nord-Sud et Sud-Sud ».
www.INSTech-bobo.bf

Centre de Recherches Médicales de Lambaréné, Gabon :
Dr Ghyslain Mombo-Ngoma, CERMEL : « Chez CERMEL, nous sommes engagés sur le long terme en faveur du renforcement de nos capacités en Afrique centrale et au Gabon, en vue du développement de nouveaux médicaments antipaludiques efficaces, face à la menace que représente la résistance à l'artémisinine. Les essais WANECAM 2 et KAF156 constituent des opportunités majeures de renforcement de nos capacités et de développement d'un nouveau médicament antipaludique prometteur ».
www.cermel.org

Université d'Amsterdam, Pays-Bas :
Professeur Martin Grobusch, Université d'Amsterdam, Pays-Bas : « La tâche qui attend le consortiumWANECAM 2 fournira des données essentielles qui permettront de renforcer nos connaissances du composé KAF156 potentiellement important dans le renforcement de notre arsenal thérapeutique antipaludique ».www.UVA.nl/en

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2019 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Application Web