Nous informons, nous communiquons
Nous informons, nous communiquons

Il est grand temps d'améliorer la sécurité des infrastructures énergétiques de l'Afrique

La Chambre africaine de l'énergie (https://EnergyChamber.org) appelle les gouvernements africains et les sociétés pétrolières à faire davantage pour

La Chambre africaine de l'énergie (https://EnergyChamber.org) appelle les gouvernements africains et les sociétés pétrolières à faire davantage pour protéger la sécurité des infrastructures énergétiques en Afrique.

Les infrastructures pétrolières et gazières sont rapidement en train de devenir une cible principale pour les terroristes, les organisations solitaires, les acteurs étatiques et non étatiques hostiles et les entreprises criminelles. Les récentes attaques au Moyen-Orient – l'attaque de drones sur les gazoducs de Saudi Aramco et celle sur les pétroliers dans le golfe d'Oman – confirment un précédent (et malheureusement des techniques, des tactiques et des procédures pour ceux qui ont une intention malveillante) et des méthodes d'attaque simples qui créent des problèmes complexes pour les propriétaires et exploitants de ressources énergétiques et naturelles.

Comme au Moyen-Orient, l'Afrique connaît une augmentation des attaques contre les infrastructures énergétiques et de ressources naturelles critiques : attaques d'une usine de traitement du gaz, vandalisme d'un pipeline, attaques de rebelles sur des gisements de pétrole et des raffineries et attaques de rançons.

L'une des principales préoccupations suscitées par les attaques contre les infrastructures énergétiques et de ressources naturelles est l'impact catastrophique sur la fourniture de produits et services énergétiques en Afrique.

« La demande locale, régionale et mondiale pour les ressources énergétiques et naturelles détenues par les pays africains ne cesse de croître. La plupart des pays africains dépendent de la disponibilité de leurs ressources naturelles pour générer une valeur économique pour leurs sociétés respectives. Il en va de même pour l'alimentation en électricité issue de leurs infrastructures d'énergie critiques, ce qui crée des opportunités intéressantes - aux niveaux local, régional et mondial », a déclaré C. Derek Campbell (photo), PDG d'Energy & Natural Resource Security, Inc. Derek a participé avec distinction à l'opération Iraqi Freedom et à l'opération Enduring Freedom, ce qui lui a valu l'étoile de bronze en Afghanistan. Il a également été Attaché marin et naval pour les USA au Nigéria.

«Si cette disponibilité d'approvisionnement est attaquée et perturbée, les effets négatifs secondaires et tertiaires auront de graves conséquences pour les entreprises, les industries et les pays qui dépendent de cette offre de produits et services énergétiques fournie par les propriétaires et opérateurs africains de ressources énergétiques et naturelles", a-t-il ajouté.

Une autre préoccupation majeure générée par les attaques contre les infrastructures énergétiques et de ressources naturelles est l'impact de ces événements sur les économies qui comptent sur ces actifs pour générer des revenus.

« Comme pour les impacts sur l'approvisionnement, les menaces à la sécurité - physiques et cybernétiques – constituent un danger immense pour tous les principaux secteurs de la chaîne de valeur économique du pétrole et du gaz, de l'énergie et des services publics et des ressources naturelles. Cela est dû en grande partie au chevauchement et à l'interdépendance des secteurs. Une attaque physique ou une cyberattaque sur un actif en amont peut entraîner des problèmes opérationnels et des catastrophes financières en aval », a expliqué C. Derek Campbell.

Il en va de même en sens inverse : une attaque physique ou une cyberattaque en aval peuvent perturber les activités en cours de production et mettre un terme à l'activité en amont d'un producteur. « Le même scénario peut être appliqué aux actifs énergétiques – production, transport et distribution. Ces types de perturbations peuvent non seulement avoir un impact négatif sur les emplois au niveau du marché local, mais également sur les banques centrales des pays africains qui dépendent des revenus générés par leurs actifs d'infrastructures énergétiques critiques et de ressources naturelles », a-t-il ajouté.

« Les pays africains et les sociétés pétrolières et gazières doivent se mobiliser immédiatement et prendre les mesures nécessaires pour remédier à ce problème. La Chambre continuera de soutenir tous les efforts visant à assurer la stabilité et la sécurité des infrastructures pétrolières et gazières, à la fois onshore et offshore. Cela va dans l'intérêt des entreprises et des citoyens », a déclaré NJ Ayuk, Président Directeur général du Centurion Law Group et Président de la Chambre africaine de l'énergie.

La protection et l'amélioration de la résilience des systèmes énergétiques exigent la vigilance, la planification d'urgence et la formation. En définitive, les parties prenantes africaines de l'énergie doivent s'engager activement et immédiatement dans la protection physique et cybernétique de leurs infrastructures énergétiques critiques et de leurs ressources naturelles.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Les Tops Populaires


Aujourd'hui
Dernier 7 jours
Dernier 30 jours
Copyright 2019 © inf-communication.com. Tous droits réservés.
PenseWeb.com - Système de gestion des commandes